Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 05:08
Des promesses et des illusions
election participation
C'est aujourd'hui que la campagne électorale se clôture sur un air de morosité. En effet, les 21 jours de campagne ont permis, certainement, aux partis participants de mesurer le fossé qui les sépare de la vraie société, celle qui souffre dans un silence assourdissant. Loin de déserter la scène, ils poursuivent leur campagne.
Belaïd Abdelaziz, président du Front El Moustakbal
«On veut gagner les consciences des électeurs»
Le président du Front El Moustakbal, Belaïd Abdelaziz, a souligné, hier à Tlemcen, que sa formation politique veut gagner «les coeurs et les consciences» des électeurs et non «leurs voix» lors des prochaines législatives. Animant un meeting populaire à la Maison de la culture de Tlemcen, M.Belaïd a souligné que son parti envisage cette conquête en travaillant sérieusement pour l'intérêt général du pays et des citoyens, précisant que les candidats de sa formation sont des personnes de «bonne moralité» et non pas des «commerçants» qui veulent acheter les consciences des gens. L'orateur a invité l'assistance à aller voter massivement pour les personnes intègres et propres qui serviront le pays et non leurs propres intérêts afin d'assurer la stabilité et le développement du pays. Le président du Front El Moustakbal a également souligné la capacité des jeunes cadres compétents de contribuer au développement du pays et d'éradiquer les phénomènes de «la harga, de la drogue et tous les maux qui rongent la société».
Mohamed Cherif Taleb, président du Pnsd
«Pour une politique économique forte»
Le président du Parti national de solidarité et de développement (Pnsd) Mohamed Chérif Taleb, préconise une politique économique «forte basée sur la rationalité». S'exprimant, hier à Bordj Ghedir (Bordj Bou Arréridj), lors d'un meeting populaire, le président du Pnsd a assuré que la stratégie économique prônée par son parti vise à améliorer «le niveau de vie des citoyens et de prémunir l'économie nationale des retombées négatives de l'économie de bazar». Il a, par ailleurs, estimé que si les candidats, que sa formation politique présente dans 47 wilayas, sont élus, le Pnsd oeuvrera à la «rénovation de la fiscalité et à la consolidation des services de contrôle de l'Etat en impliquant les jeunes diplômés de l'université et des grandes écoles». Le Pnsd soutient la mise en place d'une économie de marché «saine», ouverte à la prise d'initiatives par de jeunes entrepreneurs, a-t-il ajouté. La réalisation de ces objectifs nécessite toutefois une participation massive et responsable le 10 mai prochain, a encore souligné Taleb, avant de relever que la promotion de l'Etat de droit, du logement, de l'emploi, de la santé publique, de l'éducation nationale...etc. constitue les autres axes centraux du programme électoral de son parti.
Hamana Boucherma, coordinateur du PJ
«Que la majorité silencieuse vote»
Le coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), Hamana Boucherma, a estimé, hier à Drean (El Tarf), que le vote de la «majorité silencieuse» provoquera le changement le 10 mai prochain. «Le vote de cette majorité silencieuse ouvrira la voie au changement du mode actuel de gouvernance», a-t-il dit lors d'un meeting. Le premier responsable du PJ a soutenu, par ailleurs, que son parti représente l'unique alternative pour sortir de l'impasse d'autant, a-t-il précisé, que sa démarche repose sur un programme électoral «conséquent» qui englobe tous les domaines. Le PJ prône une «rupture réelle» avec des pratiques politiques «obsolètes», a encore indiqué Boucherma, affirmant que son parti s'engage à «libérer le pays de la médiocrité». L'orateur a ajouté que les candidats du PJ contribueront efficacement à mettre fin à la crise multidimensionnelle dans le pays.
Kamel Bensalem, président du PRA
«La crainte de l'abstention est exagérée»
Le président du Parti du renouveau algérien (PRA), Kamel Bensalem, considère que les craintes d'un probable fort taux d'abstention lors des législatives du 10 mai sont exagérées et excessives. «Nous avons observé qu'il y a une forte agitation autour d'une probable forte abstention de l'électorat, lors du scrutin du 10 mai, que certains ont tendance à amplifier en se livrant à des pronostics allant à contresens de la réalité perçue sur le terrain», a-t-il déclaré, hier à Médéa, lors d'une rencontre de proximité. L'orateur a tenu à minimiser la portée d'une telle crainte, considérant que beaucoup d'analystes et de commentateurs font «une fixation sur le sujet et se refusent à admettre qu'il y a une évolution dans l'opinion publique et que le citoyen est favorable pour le changement et compte l'exprimer le jour J». M.Bensalem a exprimé, dans le même ordre d'idées, son souhait de voir la classe politique et les médias s'impliquer dans ce processus de transition vers une Algérie nouvelle et d'être à l'avant-garde de cette bataille pour le changement.
Youcef Hamidi, président du PNA
«Participons au changement pacifique»
Le président du Parti national algérien (PNA), Youcef Hamidi, a appelé, hier à Oran, les citoyens à participer à un changement pacifique lors du scrutin du 10 mai prochain. M.Hamidi a affirmé lors d'un meeting électoral que «nous répondrons par notre volonté à participer à un changement pacifique».
«Nous sommes de la génération des années 70, nous applaudissons les réformes et nous appelons tous les électeurs à participer jeudi prochain au scrutin pour opérer le changement et construire l'avenir», a-t-il encore souligné. L'orateur a affirmé qu'en cas de succès aux élections législatives, les élus de son parti seraient capables d'apporter des solutions concrètes aux problèmes des citoyens.
Entre autres solutions à la crise que vivent certains secteurs, le PNA propose «un Conseil supérieur de l'éducation composé de savants et d'experts», la retraite à 57 ans au lieu de 60 ans, l'instauration d'un impôt unique à hauteur de 9% pour attirer les investissements nationaux et étrangers et la e-gouvernance pour alléger la bureaucratie.
Moussa Touati, président du FNA
«Il faut restituer au peuple le pouvoir»
Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a estimé, hier à Ghardaïa, que les citoyens doivent s'exprimer par les urnes pour imposer le changement et restituer au peuple le pouvoir usurpé. M.Touati a appelé le peuple algérien, lors d'un meeting populaire, à saisir cette opportunité pour «imposer le changement par les urnes et consacrer pacifiquement la volonté du peuple qui aspire à un Etat de droit».
«Le changement que vous espérez tant ne pourra être imposé que par le bulletin de vote, le 10 mai» (...) Vous devez imposer votre volonté de changement en votant pour des hommes et des femmes intègres, compétents et honnêtes», a indiqué M.Touati. Le président du FNA a consacré une large partie de son discours à louer les qualités de son parti comme étant «une équation pour le changement, un espace d'expression pour les citoyens opprimés ou exclus pour redonner de l'espoir à tout le peuple».
Source L’Expression Karim Aimeur
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires

clovis simard 11/05/2012 02:57


Blog(fermaton.over-blog.com).No.20- THÉORÈME DE JEAN.


L'AMOUR ET ENCHANTEMENT ?

Le Pèlerin 11/05/2012 15:56



Clovis…Peut être pourras tu me résoudre cette
énigme


Je comprends difficilement que les
flatulences des dinosaures puissent avoir un effet significatif sur le réchauffement climatique


Je cite cette conclusion de
scientifiques :


La quantité de méthane qu'elles contenaient
aurait eu un impact surprenant, à l'époque préhistorique.


Les flatulences des dinosaures sauropodes, des herbivores existant il y a 150 millions
d'années, auraient été suffisantes par leur production de méthane pour entraîner un réchauffement climatique à l'époque préhistorique, selon une étude publiée lundi 7 mai aux Etats-Unis.


Ces énormes animaux comme le diplodocus, dont le poids était en moyenne de 20 tonnes,
avaient à l'instar des bovins d'aujourd'hui des microbes au sein de leur flore intestinale qui produisaient du méthane dans le processus de fermentation digestive de leur nourriture constituée de
végétaux.


"Plus de méthane que toutes les sources modernes naturelles ?"


"Un simple modèle mathématique laisse penser que les micro-organismes qui vivaient dans le
système digestif de ces dinosaures sauropodes pourraient avoir produit suffisamment de méthane - un puissant gaz à effet de serre - pour avoir un impact important sur le climat de l'ère du
Mésozoïque" (-250 millions à -65 millions d'années), explique Dave Wilkinson, de l'Université de Liverpool, et principal auteur de ces travaux parus dans la revue américaine Current Biology datée
du 8 mai.


"En fait, selon nos calculs, ces dinosaures pourraient avoir produit plus de méthane que
toutes les sources modernes naturelles et provenant des activités humaines", souligne le chercheur.


Ces physiologistes ont étudié le méthane produit par une variété d'animaux modernes. Ils en
ont tiré des équations mathématiques permettant de prédire la production de ce gaz par les animaux en fonction de leur taille.


Des dizaines de dinosaures par kilomètre carré


Ainsi, en prenant comme référence un dinosaure sauropode de masse moyenne d'environ 20
tonnes, et sachant qu'il en existait à l'époque des dizaines par kilomètre carré, les chercheurs ont calculé que ces animaux produisaient durant leur passage sur Terre quelque 520 millions de
tonnes de méthane par an.


Après la disparition des dinosaures et avant l'ère industrielle au XIXe siècle, les
émissions de méthane étaient d'environ 200 millions de tonnes par an.


En comparaison, les ruminants modernes produisent de 50 à 100 millions de tonnes de méthane
par an, ce qui contribue au réchauffement climatique qui reste aujourd'hui essentiellement dû aux émissions de dioxyde de carbone provenant de la combustion du charbon et des
hydrocarbures.


Source Le Nouvel Observateur


Fin de citation


Pourrais tu me donner une explication
plausible ;


Le Pèlerin