Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 06:35

Algérie - Un accord sera signé aujourd’hui à Ghardaïa par les représentants des deux communautés : La paix revient à Berriane

berriane

 

Un accord de conciliation et de cohabitation va être signé aujourd’hui entre les représentants des populations de la localité de Berriane, devant traduire dans les faits une feuille de route qui vient d’aboutir. On s’attend au déplacement en personne de Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. « Cet accord qui sera signé par des représentants des parties en conflit à Berriane, devant de hauts responsables de l’Etat, engagera les parties impliquées dans une réconciliation et une cohabitation durables dans un climat fraternel et citoyen », a déclaré le wali de Ghardaïa lors d’une réunion au siège de la daïra de Berriane, mardi dernier.

Une réunion avec des notables et des membres de la société civile de la localité, mais aussi et surtout en présence de Abdelaziz Affani, directeur général de la Sûreté nationale par intérim. M. Affani n’a pas manqué, d’ailleurs, de s’entretenir avec les notables et les membres de la société civile sur la situation sécuritaire jugée « satisfaisante », selon lui, dans cette région du pays. « Les efforts déployés par les pouvoirs publics ont permis le retour à la situation normale dans la région de Berriane », avait affirmé le wali lors cette réunion. La feuille de route négociée entre les différentes parties en conflit avait été signée en mars 2009, en présence de M. Ould Kablia, alors ministre délégué chargé des Collectivités locales, des autorités et des élus locaux. Quatre nouvelles structures de la Sûreté nationale ont été inaugurées dans la localité de Berriane et au chef-lieu de wilaya (Ghardaïa) avec la visite du DGSN par intérim, en plus d’une Unité républicaine de la sûreté (URS) de 260 éléments.

Il est à rappeler que la localité de Berriane avait été le théâtre de tragiques affrontements entre jeunes des deux communautés mozabite et chaâmba, à deux reprises, en 2008 et en 2009. Mais le plus surprenant a été la déclaration de Yazid Zerhouni, alors ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales : « Nous avons des preuves tangibles et parlantes que des contacts ont eu lieu avec certaines parties à l’étranger. On a trouvé dans au moins un des six ordinateurs saisis des références à des contacts internationaux à l’étranger », avait-il lâché à Annaba en juin 2008. M. Zerhouni avait notamment déclaré que « des personnes ont produit des tracts au nom de chacune des communautés ». Pour lui, à l’époque, « ces tracts étaient faits au nom de la communauté malékite, poussant les jeunes malékites à s’attaquer aux Mozabites et le même groupe a émis des tracts au nom de la communauté mozabite poussant les jeunes Mozabites à s’attaquer aux malékites ». La version officielle des faits qui se sont produits avait été, selon M. Zerhouni, une « manipulation qui vise à déstabiliser la wilaya, sinon le pays ». En tout cas, les deux communautés vivant à Berriane seront, à partir de la signature de l’accord en question, astreintes à l’application de ses clauses qui devront être rendues publiques.

Source El Watan S.E.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires