Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 19:28

 Kidnapping et libération

wali-libere.jpg

 

Un groupe composé de trois membres (des Algériens selon un communiqué du ministère de l'Intérieur), a pénétré la frontière algéro-libyenne à bord de deux véhicules de type 4x4, ciblant le wali d'Illizi qui a été sommé de les suivre vers une destination inconnue (hors du territoire algérien).

Aussitôt après le rapt, les services de sécurité ont lancé d’intenses recherches afin de tenter de localiser les ravisseurs. Des ratissages ont été opérés du côté des frontières avec la Libye, avec la participation des forces de l’ANP, appuyés par des hélicoptères de combat. On croit, selon une source sécuritaire, que c’est le groupe terroriste d’Abou Zeid qui serait derrière cet enlèvement. En effet, les ravisseurs seraient des membres d’Aqmi qui auraient réagi pour protester contre la récente condamnation à mort prononcée par le tribunal d’Alger contre le chef terroriste Abou Zeid, pour son implication dans le rapt de trente Occidentaux au Sahel. Pis encore, les ravisseurs seraient des proches de la famille d’Abou Zeid, ils sont natifs d’Illizi et ont été identifiés par les services de sécurité. Ces derniers ont réussi à enlever le wali d’Illizi, Mohamed Laïd Khelifi, et le pire est qu’ils ont pu transférer leur otage hors des frontières algériennes pour le livrer aux terroristes d’Aqmi, leurs acolytes. Du coup, c’est le chef notoire Abou Zeid qui se voit en position de force pour négocier la libération du wali d’Illizi. Une première en Algérie. D’habitude les groupes terroristes kidnappent des Occidentaux, mais cette fois-ci la situation se complique davantage avec le rapt d’un haut fonctionnaire de l’Etat. La situation s’embrouille également avec l’apparition d’un nouveau chef terroriste dans la région, Nabil Sahraoui, nouvel «émir» de la phalange «Djamaâ Djihad wa Tawhid», auteur du récent kidnapping des trois européens dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf. Il était prévisible que l’insécurité dans le grand Sahara soit menacée avec la naissance d’un nouveau groupe terroriste dirigé par le chef sanguinaire Nabil Sahraoui. Ce terroriste notoire a été chargé par son supérieur, Droukdel, de relancer les attentats terroristes et les kidnappings dans le vaste Sahara. Ce groupe criminel agissant dans les monts de Tagharghara, en Mauritanie, a élargi son champ d’activité pour tenter de se réinstaller dans le Sahara algérien. Doté d’armes de guerre réceptionnées depuis la Libye, le groupe terroriste a de fortes chances de lancer des activités terroristes qui vont lourdement peser sur la sécurité et la stabilité du grand Sahara algérien. D’ailleurs, le nouvel émir  Nabil Sahraoui a «inauguré» sa désignation à la tête de «Djamaa Djihad wa Tawhid» par l’enlèvement des trois humanitaires européens à Tindouf. D’autre part, des experts pensent que le rapt du wali d’Illizi serait l’œuvre d’un groupe  armé d’insurgés libyens, malgré l’implication de trois Algériens. La raison : mettre de la pression sur Alger pour que les autorités algériennes extradent la famille Kaddafi. Cette piste semble également probable dans la mesure où il y a près d’un mois un groupe armé libyen avait kidnappé six algériens à la frontière algéro-libyenne, exigeant en contrepartie de leur libération l’extradition de la famille Kaddafi. aucune piste n’est à écarter, celle d’Aqmi et celle des insurgés libyens. Les services de sécurité procèdent toujours aux ratissages afin de tenter de localiser le wali d’Illizi.      

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires