Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 10:29
La justice durcit ses peines
innocence violee 
Le gouvernement envisage le durcissement des sanctions contre les auteurs d'enlèvement d'enfants en procédant  à l'amendement du code pénal.
Face au phénomène de rapt d’enfants, une série de mesures strictes ont été entreprises. Le gouvernement n’est pas allé avec le dos de la cuillère, puisqu’il a envisagé de rétablir la peine capitale pour traiter ce genre de crimes infâmes. Qui de nous pourra oublier la mort tragique de tous ces enfants enlevés, violés puis sauvagement assassinés. Tous ces drames ont soulevé une vague de révolte  chez les citoyens algériens et relancé aussitôt les débats sur l’exécution de la peine de mort. Des sanctions avaient été réclamées par de nombreux juristes et représentants d’associations et organisations des droits de l’homme qui se sont clairement prononcés pour l’application de la peine de mort à l’encontre des auteurs de rapt d’enfants.  Parmi les responsables, citons Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme, pour qui cette solution est de mise.  Le projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance portant code pénal examiné actuellement en commission parlementaire propose un durcissement des peines allant jusqu’à la peine capitale pour les cas d’enlèvement de mineurs, outre des peines d’emprisonnement pour les cas de vente d’enfants ou de mendicité avec des mineurs. Le projet propose «des peines dissuasives» allant jusqu’à la peine capitale en cas de décès de la victime d’enlèvement et des peines d’emprisonnement allant jusqu’à deux ans pour les cas de mendicité avec mineurs. L’article 293 bis du code pénal stipule que «quiconque, par violences, menaces ou fraude, enlève ou tente d’enlever une personne, est puni de la réclusion criminelle de 10 à 20 ans et d’une amende de 1 000 000 à 2 000 000 DA». Si la personne enlevée a été soumise à des tortures corporelles ou si l’enlèvement avait pour but le paiement d’une rançon, le coupable est puni de la réclusion criminelle à perpétuité et ne bénéficie pas des circonstances atténuantes. Si la personne enlevée décède, la peine peut aller jusqu’à la peine capitale. Concernant la mendicité, avec les mineurs, cette forme de mendicité est devenue un business rentable, sans le moindre égard pour le devenir de ces bambins, l’article 195 de ce projet stipule : «Est puni d’un emprisonnement de six mois à deux ans, quiconque mendie avec un mineur de moins de 18 ans ou l’expose à la mendicité.»
La peine est portée au double lorsque l’auteur de l’infraction est un ascendant du mineur ou toute personne ayant une autorité sur celui-ci. Les peines prévues par le présent article ne sont pas applicables si l’auteur de l’infraction est la mère du mineur dont la situation de détresse est prouvée. Des peines d’emprisonnement sont aussi prévues à l’encontre des producteurs et des distributeurs de matériel pornographique mettant en scène des mineurs.
Source Le Jour d’Algérie Louiza Ait Ramdane
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires