Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:23

Des centaines de milliers de tonnes d’hydrocarbures y sont déversées accidentellementpollution-marine.jpg

 

La lutte contre les catastrophes écologiques nécessite une solidarité internationale entre l’ensemble des compagnies pétrolières qui devraient se mobiliser davantage afin de préserver le milieu marin, a déclaré, hier, le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, lors de l’ouverture à Alger du séminaire international sur la pollution marine par les hydrocarbures, en collaboration avec l’Association des pays producteurs africains de pétrole.

Lors de son intervention, le ministre a dressé un tableau noir sur l’état de la mer Méditerranée sous l’effet de la pollution liée à la production et au transport maritime des hydrocarbures. Il a précisé que le risque d’accidents de navires transportant des hydrocarbures, et donc de pollution marine, est élevé dans la rive sud de la Méditerranée et la côte ouest de l’Afrique.
A titre d’exemple, la Méditerranée, même si elle ne représente que 0,7 % des mers du globe, supporte environ 30 % du commerce maritime mondial et 22 % du transport international de pétrole.
«Des quantités importantes d’hydrocarbures, estimées à plusieurs centaines de milliers de tonnes annuellement, sont déversées de façon accidentelle en Méditerranée. Les opérations de dégazage et de déballastage de navires engendrent une pollution dont les impacts sont souvent sous-estimés», a souligné M. Khelil. Malgré les efforts déployés depuis une trentaine d’années, la Méditerranée continue à se dégrader sous l’effet de la pollution. Il a rappelé dans cette optique les conséquences dramatiques des naufrages de l’Eréka et du Prestige sur les côtes de France et d’Espagne, et dernièrement l’accident de la plateforme de British Petroleum (BP) dans le golfe du Mexique.
Un événement, a-t-il signalé, qui vient confirmer l’importance des questions qui seront soulevées au cours de ce séminaire.
Le ministre a indiqué à ce propos que BP «a sollicité Sonatrach pour la vente ou la location» de ses équipements de lutte contre la pollution marine pour venir à bout de la catastrophe causée par l’accident de sa plate-forme pétrolière dans le golfe du Mexique. M. Khelil a fait savoir par ailleurs que la coopération internationale en matière de lutte contre ces catastrophes écologiques doit être promue et sanctionnée par des dispositions de textes nationaux et de conventions internationales.
C’est dans ce contexte que la société OSPREC (société multinationale d’intervention et de lutte contre la pollution marine) a été créée en 2007, à l’initiative de l’Algérie, a-t-il rappelé. Cette multinationale a pour objectif d’intervenir en cas de pollution marine sur une zone d’action de 20 000 km, s’étalant du canal de Suez (Egypte) au Golfe du Cabinda (Angola).

Source Le jeune indépendant Kahina

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G


Je crois , malheureusement , que nous n'avons pas beaucoup de solutions , à ce niveau là ! Ce sont les états qui doivent sévir ! Quant au quidam , il est de son devoir se faire en sorte
que ce que l'on a apporté plein , doit être rapporté vide , chez soi ; et jeté au bon endroit et non à la mer - GENEVIEVE -



Répondre
L


J'en ramène souvent plus que je n'en ai
emmené....au grand désespoir de mon épouse...!!!


Bonne soirée


Le Pèlerin