Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 06:32

L'avenir appartient aux jeunes joueurs

L-avenir-appartient-aux-jeunes-joueurs.jpg

En prévision du Mondial 2014, il ne faudrait plus compter sur les «cadres» d'aujourd'hui, car l'avenir appartient aux jeunes joueurs.

«Cadre ou pas cadre, on repart à zéro et ceux qui ont choisi de jouer au Golfe doivent assumer leur choix». Ces deux phrase du coach national, Vahid Halilhodzic, indiquent implicitement que seuls les meilleurs joueurs aptes et ayant plus de temps de jeu feront partie de l'effectif des Verts. Or, le football moderne exige deux atouts minimums importants voire primordiaux, pour un joueur international: avoir le temps de jeu voulu et surtout être jeune et donc percutant. Et compte tenu de cette nouvelle tendance mondiale du football moderne, il est évident que la sélection algérienne actuelle est appelée à connaître une véritable «révolution» pour reprendre un terme bien usité.
D'ailleurs, faut-il se rappeler cette autre phrase du président de la FAF, M. Mohamed Raouraoua, à quelques semaines de la nomination de Vahid à la tête de la barre technique des Verts, pour s'en convaincre: «Lorsqu´on a lancé un nouveau cycle de l´Equipe nationale, cela voulait simplement dire que l´on ouvrira le champ de la prospection pour de nouveaux joueurs où les meilleurs, selon le futur staff, auront leur place». Ainsi, et au moment où Vahid Halilhodzic négociait avec Raouraoua pour le poste de coach national des Verts, plusieurs joueurs algériens, pris par les observateurs, comme en fin de carrière ont opté vers des clubs des pays du Golfe. Et à l'exception de Mourad Meghni (Umm Slal-Qatar) qui constitue un cas spécifique, c'est le cas de Belhadj Al-Sadd (Qatar), Madjid Bougherra (Lekhyouia-Qatar); Karim Ziani (Al Djeish-Qatar) et Abdelmalek Ziaya (Al Ittihad-Arabie Saoudite). Ce qui a généré des spéculations sur le niveau du football «arabe» comparativement à celui européen, même s'il s'agirait de clubs de Ligue 2 dans le continent européen.
Certains spécialistes pensent qu'un rajeunissement des Verts est une suite logique et une perpétuelle tradition dans les pays avancés en la matière. Ce qui explique, d'ailleurs cette politique de rajeunissement qui est prônée dans les clubs européens pour constituer le futur vivier des différentes sélections des jeunes catégories. La meilleure preuve n'est pas loin de notre pays: la France. Et c'est justement la raison pour laquelle les différents staffs techniques des équipes nationales algériennes puisent leurs effectifs respectifs en France. Ce qui a fait réagir les Français et en premier lieu l'ex-vedette des Bleus, Michel Planiti qui n'est autre que l'actuel président de l'Union européenne du football (Uefa), entre autres. La formation est justement cette partie qui demande beaucoup de temps et d'argent et qui est le dernier souci des différents responsables algériens à quelque niveau que ce soit.
Cette négligence fait que la sélection algérienne vit un éternel recommencement. A chaque fin de cycle d'une sélection, on pense à une autre, mais en faisant du surplace. Aucun investissement là-dessus. Et pourtant, tous ces responsables du ministère, du simple président de section en passant par le président de la FAF et les P-DG des SSPA, ne cessent de le clamer. Sans faire suivre sur le plan pratique ce volet formation. Et pour revenir aux Verts, il est temps pour les «cadres» de l'équipe algérienne de se préparer à quitter le navire. Ils ont bel et bien échoué. Et ce, soit dit en passant, bien avant la dernière débâcle contre le Maroc (4-0). Les Verts ne sont plus les mêmes depuis la fin du Mondial. Et on a donc l'impression qu'on ne vise que le Mondial qui constitue une véritable vitrine pour se «montrer». Et comme le prochain Mondial c'est dans trois ans, il est évident qu'il ne faut plus compter sur ces «cadres», Bougherra, Antar Yahia, Belhadj, Laïfaoui, Ziani et ce, sans oublier ceux qui viennent juste après ceux-là: c'est-à-dire Lacen, Ghezzal, Djebbour, Yebda et Mesbah. Ces joueurs auront, d'ici à 2013 entre 29 et 30 ans. D'ailleurs, certains n'ont même pas encore de club ou viennent juste de s'engager. D'autres vivent une instabilité et un manque flagrant de temps de jeu et de compétition. Par ailleurs, ces mêmes joueurs ne peuvent pas être au top puisqu'ils ne sont pas titulaires à part entière dans leurs clubs. Ce qui veut dire qu'ils jouent par intermittence et donc manquant de temps de jeu. Et comme les jeunes, tels Saâyoud, Challali, Boudebouz, Mes-bah, Kader, Boudbouda, Mesloub, Fabre, Ferradj, Guedioura, Zerdab, Djabou, Soudani, Bentayeb, Aouedj, Belaïli, Bitam et la liste peut être plus longue, même s'il se trouve qu'ils manquent également de temps de jeu pour des raisons diverses, ils ont tout de même l'avantage d'être jeune et donc perfectibles. Il y a aussi d'autres jeunes joueurs qui frappent à la porte des Verts qui ont déjà évolué dans des équipes nationales françaises jeunes dont les derniers cités sont Feghouli, Brahimi, Tafer, Belfodil et autre Hamouma. C'est à ces jeunes qu'appartient l'avenir. Ainsi, le premier travail du nouveau coach en matière d´effectif est de ne point chambouler le groupe en reprenant des joueurs sur cette liste exhaustive qu´a dressée Rabah Saâdane évaluée à une quarantaine de joueurs en plus des derniers qui auraient choisi de défendre les couleurs de leur pays.
C'est donc à une véritable revue d´effectif avec en plus du sang neuf bien évidemment que Vahid est obligé de recourir.
Ainsi, on commence bien avec la composante existante avec deux ou au plus trois nouveaux joueurs. Puis, d'ici à la fin de l'année, comme l'a si bien précisé Halilhodzic, il y aura l'effectif type composé de 25 joueurs et 3 gardiens de but, qui sera arrêté pour préparer la double échéance: CAN 2013 et Mondial 2014. Espérons seulement que c'est cette politique de rajeunissement que suit Halilhodzic actuellement, sinon...

Source L’Expression Saïd Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires