Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 06:36
Le retrait inélégant de certains joueurs
Vahid Halilhodzic
 
Les Belhadj, Antar Yahia et autre Matmour auront du mal à convaincre l'opinion publique et surtout, le premier responsable de la barre technique des Verts.
Le sélectionneur de l'Equipe nationale algérienne de football, Vahid Halilhodzic devrait certainement se faire de la bile à Paris où il se trouve depuis mercredi dernier pour préparer le premier stage des joueurs algériens évoluant à l'étranger du 6 au 12 mai en cours. Le retrait définitif de chez les Verts des deux joueurs, Nadir Belhadj (Al Sadd du Qatar) et surtout Antar Yahia, l'ont certainement déstabilisé. Mieux encore, ces deux retraits définitifs, ajoutés au retrait momentané de Karim Matmour (Frankfurt-Allemagne), a soulevé le tollé de tous les amoureux de la balle ronde, en particulier des supporters des Verts. Les arguments des joueurs n'ont convaincus personne. De là, à ce que des spéculations fusent de partout, c'est un pas qui est bien franchi par les Algériens dans leur majorité. Et à tout un chacun de se demander pourquoi spécialement en trois jours il y a trois décisions de retrait des joueurs et non des moindres, puisqu'il s'agit des joueurs cadres. Mieux encore, s'agissant du capitaine de l'équipe, comme son nom l'indique, Antar Yahia était le lien entre le coach des Verts et les joueurs. Quant à Belhadj, il a bien été dans la liste de Vahid avant qu'il ne demande, comme d'ailleurs vient de le faire, Matmour, de ne pas le convoquer juste pour le match contre la Gambie. Deux mois plus tard, ce retrait momentané de Belhadj est devenu un retrait définitif. De plus, ces défections concerant uniquement l'Equipe nationale. Ce qui, traduit par le commun des mortels, signifie que les joueurs veulent donner plus d'importance à leurs clubs respectifs qu'à la sélection nationale. De plus, des techniciens avisés se demandent pourquoi ces joueurs ont-ils attendu le mois de mai, soit à quelques jours des premiers stages des Verts pour annoncer ces décisions de retrait.
Après le match contre la Gambie, était le meilleur moment si ces joueurs l'avaient fait. Car, Vahid venait de composer son effectif premier. Il devrait poursuivre ses différentes prospections, aussi bien en Algérie, qu'en dehors pour renforcer l'équipe en prévision de ces trois matchs très importants des Verts pour le mois de juin prochain. Ce qui, pour les férus des Verts, ces actes sont une forme de «trahison». De plus, la manière de le faire est plus que condamnable. Si le retrait d'Antar Yahia s'est vu enregistré par la Fédération algérienne de football elle-même, pour Belhadj, c'est une réaction qui n'a pas été reflétée par la FAF. Quant à Matmour, c'est un communiqué du joueur qui l'indique sans mot dire de la FAF!
Le traitement de l'information est significatif de l'instabilité psychologique des Verts.
Halilhodzic aura du pain sur la planche et aura surtout la grande tâche d'expliquer aux journalistes toutes ces défections à la prochaine conférence de presse. Celle-ci devrait certainement avoir lieu lors du second stage des Verts prévu à partir du 19 mai prochain au Centre technique national de Sidi Moussa.
D'aucuns savent que Halilhodzic est l'unique personne qui est au courant de toutes les causes qui ont motivé le retrait de ces joueurs et pourquoi pas d'autres qui vont les suivre pour quitter la sélection algérienne. Enfin, il est très important de conclure que personne n'est indispensable quel que soit le poste en Algérie. Tout et tous sont remplaçables...
Source L’Expression Saïd Mekki
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires