Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 07:49

Raconter l’Algérie

realites-algeriennes.jpg 

Le quotidien de chacun de nous n’est pas de tout repos. Ces “désagréments” journaliers font partie intégrante de notre vie. Nous les avons adoptés par habitude, par lassitude. Mais l’envie d’évasion est toujours présente. Elle nous colle à la peau. C’est dans ce sillage que s’inscrit le webzine “Esprit bavard”. Après une version électronique, il vient de connaître sa version papier. Edité par Sencho édition, ce “mook” (appellation anglaise de tout ouvrage oscillant entre le livre et le magazine) raconte l’Algérie sous toutes ses coutures, à travers des événements socioculturelles. Un voyage pour raconter un pays via le texte, les mots, l’image… Il est “l’aboutissement d’une idée née il y a quatre bonnes années déjà. Celle de créer un lieu de réflexion, d’échange, d’idées, de créativité… de passer en revue l’actualité socioculturelle en Algérie mais autrement, en empruntant des chemins de traverse, en évitant les idées reçues”, écrit Khadija Chouit, journaliste et éditrice, dans l’avant-propos du mook. Ayant pour sous-titre “Algérie autrement dite, autrement vue”, cet ouvrage est un album pétillant. Il aborde différents sujets qui nous touchent de près et de loin. Il est composé de quatre grands axes (“Des lieux, des gens, des regards”, “Personnages, histoire et personnage”, “Balade dans la création” et “Pause plus prolongée sur les sujets à débat”), autour desquels gravitent des sujets différents, alléchants de par leur contenu, mais surtout de la manière dont ils sont abordés. Dans chaque axe le lecteur trouvera un ou deux portfolios – c’est selon le thème abordé – contenant des photos de photographes qui ont gravé leur nom d’une pierre blanche. Une fenêtre ouverte sur un pays, sa culture, sa société. Le lecteur appréciera le regard de Malika Laichour Romane qui déclame son amour pour Alger. D’autres villes, comme Constantine, Annaba ou Tamanrasset, ont également le droit de cité. Ce ne sont pas des écrits de voyage. C’est un regard neuf, frais que les auteurs jettent sur ces cités. Si la version papier d’Esprit Bavard est une invite au voyage, c’est également un appel à la (re)découverte. Des personnalités littéraires, culturelles, historiques qui façonné à leur manière le cours de l’histoire sont abordées, levant le voile sur des vérités méconnues pour certains, occultées pour d’autres.
Esprit Bavard : Algérie autrement dite, autrement vue, mook,
Sencho édition, Alger, 2011. Prix public : 2000 DA

Source Liberté Amine Idjer
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires