Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 09:39

Tipasa (Douar Khlifa Tayeb) : Les habitants se sentent isolés

douar-Khlifa-Tayeb--commune-de-Ahmeur-El-Ain-.jpg

 

Est-ce la fin du calvaire pour les habitants du douar Khlifa Tayeb, commune de Ahmeur El Ain, wilaya de Tipasa ? Eux qui sont quotidiennement contraints à parcourir, à pied, deux kilomètres pour enfin prendre le bus, seul moyen de locomotion qui les relie au reste du monde.

A priori tout porte à le croire. Du moins, l’espoir que laissent entrevoir les autorités locales en prévoyant d’inscrire un projet de réhabilitation du tronçon routier reliant le douar en question à la cité des Cinq martyrs, endroit où ils empruntent d’habitude le bus pour rejoindre leur chef-lieu de commune. En effet, c’est au milieu de la semaine dernière que les habitants de la ferme Khlifa Tayeb avaient reçu, selon quelques uns d’entre eux, la bonne nouvelle qui leur a été annoncée par le chef de daïra et le maire de leur circonscription. Toutefois, avant d’arriver à cet heureux épilogue, des citoyens dudit douar s’étaient rassemblés, durant la matinée de la même journée, à Tipasa devant la direction du transport de la wilaya pour dénoncer l’inexistence de transports en commun desservant leur localité rurale. N’ayant pas été reçus par les responsables du secteur, et sans pour autant baisser les bras, ils avaient ensuite exposé leurs doléances aux autorités de la commune et de la daïra de Ahmeur El Ain, dont ils dépendent administrativement. Le recours à cette seconde solution a porté apparemment ses fruits, puisque dans un futur proche les travaux de réhabilitation de leur route seront entamés, selon des sources apparemment bien informées.

Le problème dont souffrent les citoyens de Khlifa Tayeb perdure depuis des mois maintenant. Selon un habitant du douar, l’impraticabilité de la route les reliant à la cité des Cinq Martyrs a été et est encore le prétexte des transporteurs pour ne pas assurer des dessertes jusqu’à leur localité. Pire encore, même les élèves sont obligés de parcourir deux kilomètres le matin et autant le soir afin de prendre le bus pour rejoindre leurs établissements scolaires. Cette situation pénalisante est due à la non disponibilité d’un bus de ramassage scolaire.

L’unique moyen qui assurait ce service est actuellement en panne à cause des avaries causées justement par l’état défectueux de la route. Les habitants du douar souhaitent que ce problème soit définitivement réglé, d’autant plus qu’à mesure qu’on s’approche de la période hivernale, ils craignent pour leurs enfants à faire, au cas où la situation demeure telle quelle, quotidiennement un long trajet à pied, surtout le soir. Cet état des lieux participe également à l’enclavement de la région et à l’isolement des citoyens surtout en hiver lorsque les conditions climatiques deviennent rigoureuses. En attendant, ils se résignent à leur sort avec l’espoir d’un lendemain meilleur.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires