Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 08:02
Affaire Abdelmoumene Khalifa 
Polémique autour d’une extradition
Khalifa 2
Allons-nous connaître un jour la vérité sur le dossier Abdelmoumen Khalifa ? Si le ministre britannique de l’Intérieur a annoncé avant-hier l’extradition du «golden boy» vers l’Algérie d’ici à la fin de l’année, et au moment où tout le monde attend que le dossier  Khalifa soit rouvert en Algérie, Tayeb Louh, ministre de la Justice, a annoncé que l’accusé sera extradé s’il ne dépose pas de recours devant la Cour  européenne des droits de l’Homme.  En effet, Tayeb Louh a confirmé, hier, l’information rapportée par l’AFP sur l’extradition de Rafik Khalifa vers l’Algérie, mais, en contrepartie, son extradition risque fort d’être annulée ou reportée, annonce-t-il. Selon le premier responsable du département de la Justice, «l’Algérie suit de très près ce dossier et les autorités ont déjà entamé les procédures pour accueillir Khalifa». Cette nouvelle a fait sans doute le bonheur de beaucoup de personnes.  Par ailleurs, le ministre  rassure que le procès de Khalifa se fera selon  «les procédures prévues par  les lois du pays» et promet dans ce sens «un procès équitable». Pour rappel, les déclarations de Louh interviennent suite à la déclaration du ministre britannique de l’Intérieur, avant-hier, faisant état que Khalifa sera extradé d’ici à la fin de l’année en Algérie après avoir épuisé ses recours au Royaume-Uni. «M. Khalifa s’est vu refuser d’interjeter appel devant la Cour suprême le 3 décembre. Il va être extradé dans les 28 jours suivant cette date», selon un communiqué du Home Office. Pour sa part la procureure-adjointe du tribunal correctionnel de Nanterre (région parisienne), Marie-Christine Daubigney, au cours d’une audience de procédure, a déclaré que «tous les recours de Rafik Khalifa» pour empêcher son extradition vers l’Algérie «ont été rejetés» par les autorités britanniques. Cette situation équivaut, selon elle, à une «décision définitive de la Grande-Bretagne» en faveur de l’extradition de l’ancien magnat algérien. Le procès du jeune pharmacien, fils d’un ancien officier, Laroussi Khalifa, doit se dérouler du 2 au 20 juin 2014 devant ce tribunal. Rafik Khalifa s’est réfugié en Grande-Bretagne en 2003 quand a éclaté le scandale financier de la Khalifa Bank et de plusieurs autres entreprises de son groupe. L’effondrement en 2003 de son groupe avait causé un préjudice – évalué par les autorités à entre 1,5 et 5 milliards de dollars – à l’État algérien et aux épargnants. En novembre 2002, les transferts de capitaux du groupe vers l’étranger sont bloqués par la Banque d’Algérie.
Quatre mois plus tard, trois cadres de Khalifa TV sont arrêtés à l’aéroport d’Alger avec deux millions d’euros en liquide alors qu’ils s’apprêtaient à s’envoler pour Paris. Après son arrestation à Londres en 2007, il était depuis sous la menace d’une extradition vers la France ou vers l’Algérie. La demande algérienne prévalait cependant. En avril 2010, le ministère de l’Intérieur britannique avait autorisé son extradition. l’avocat de l’homme d’affaires avait introduit un appel auprès de la Cour suprême britannique suspendant cette décision. L’ancien «golden boy» a déjà été condamné par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité en 2007 en Algérie, pour association de malfaiteurs et faillite frauduleuse.         
Source Le Jour d’Algérie Mustapha Chaouchi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires