Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:32

Les Algériens doivent savoir

bouteflika-fatigue-.jpg

 

La dernière apparition du président de la République à la télévision lors du discours adressé à la nation relance les questionnements sur sa capacité à gouverner. Le secret demeure jalousement gardé sur la santé du chef de l’Etat au mépris du droit qu’ont les Algériens d’en être informés.

Une semaine après le discours du chef de l’Etat à la nation, l’opinion publique se pose beaucoup de questions sur l’image d’un Abdelaziz Bouteflika visiblement très affaibli physiquement que sur le contenu de son allocution. Pour beaucoup d’observateurs de la scène politique nationale, la sortie du président de la République a été également un ratage sur le plan de l’image. Les Algériens, scotchés devant leur écran, découvrent avec étonnement un Président éreinté. L’image était pathétique.

L’entourage du Président cherchait-il, à travers cette image, compassion et pitié chez une opinion publique très remontée ? Ou plutôt d’autres cercles au sein du pouvoir auraient-ils voulu à dessein montrer un Président dont l’état de santé rendrait difficile l’exercice de sa mission à la tête de l’Etat ? Bouteflika a-t-il été piégé ? Les voies du régime sont impénétrables. Il est évident que la responsabilité politique du chef de l’Etat est entièrement engagée dans l’impasse dans laquelle le pays est coincé. Il cristallise toutes les critiques. Face à une colère sociale pressante et l’exigence du changement de régime, Abdelaziz Bouteflika, 74 ans, reste incapable d’apporter des réponses convaincantes.

D’où la probabilité de compenser ce déficit par la recherche d’un élan de commisération en sa faveur. Jouer, en quelque sorte, sur la fibre sensible du peuple. Assurément, le troisième mandat de Abdelaziz Bouteflika n’a pas été celui d’une Algérie «forte et sereine» promise lors de la campagne pour la dernière présidentielle. La société est secouée par les crises multiples. Des malaises partout. Le premier trimestre de l’année en cours a été incontestablement celui de toutes les contestations politiques et sociales. Après douze ans de règne de Bouteflika, le pays se cherche encore. Verrouillage du champ politique, une croissance économique qui peine à démarrer, malgré l’aisance financière, et une situation sociale asphyxiante. Les politologues sont unanimes à dire que «passer plus de deux mandats à la tête de l’Etat serait exposer le pays à des risques majeurs». Ainsi donc, Abdelaziz Bouteflika n’a plus d’arguments à faire valoir. L’échec est patent. Sans doute, les Algériens auront de la compassion pour une quelconque personne malade fusse-t-elle le Président. Mais, cela ne suffit pas pour apporter des solutions à des problèmes concrets auxquels le pays fait face. Un pays ne se gère pas par les émotions. Bouteflika a-t-il les capacités physiques pouvant lui permettre de diriger ? Peut-il encore gouverner ? Pas si simple pour un président malade à la tête d’un régime politique fortement décrié par de larges pans de la société. Il est clair que la détérioration de l’état de santé du Président – la cause de ses longues éclipses – pèse lourdement sur la conduite des affaires.

Serait-il dans ce cas-là en mesure d’assurer les arbitrages que lui confère et exige sa fonction dans la phase cruciale que vit le pays en ce moment ?

De toute évidence, l’apparition télévisuelle du chef de l’Etat, vendredi dernier, a sérieusement relancé le débat sur la lancinante problématique de l’état physique de Abdelaziz Bouteflika. Ce qui, sans doute, pourrait arranger les calculs de ceux qui, au sein du régime, voudraient accélérer le processus de la succession à la magistrature suprême.

Il est vrai que la question de la santé du Président a alimenté toutes sortes de spéculations, depuis son hospitalisation en 2005 au Val de Grâce, à Paris. Cependant, à El Mouradia, il faut le rappeler, on a joué  le flou aux lieu et place de la transparence, meilleur rempart contre la rumeur et meilleur moyen de rassurer l’opinion publique. La capacité physique d’un président de la République en exercice ne relève pas du domaine du privé. Les Algériens ont le droit d’en être informés. Mais dans un pays où même les affaires qui concernent directement les citoyens sont gérées dans l’opacité la plus totale, il n’est peut-être pas si étonnant que le secret soit si obstinément gardé concernant l’état de santé du chef de l’Etat. 

Source El Watan Hacen Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires