Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 04:34

La région nord : Le commandement politique

carte-du-terrorisme.jpg

 

Où se trouve le commandement général et opérationnel ?

En Kabylie. Avant-garde des groupes terroristes, la région kabyle en particulier est le fief et le point de départ des terroristes, notamment pour l’exécution d’attentats terroristes dans la capitale. Cette région contient l’une des phalanges les plus meurtrières katibat El Ansar, spécialisée dans les rapts, les kidnappings, les attentats ciblant les casernes et les postes de police, afin de récupérer les munitions et les armes. Depuis l’intensification, les frappes de l’armée et la sophistication des moyens de lutte, ces cellules auraient plus de mal à communiquer entre elles, en particulier depuis avril 2009. Face à cette situation, les terroristes ont adopté une nouvelle stratégie : les phalanges sont devenues totalement autonomes. Elles se sont redéployées : les casemates ne sont plus les mêmes, elles se sont rapprochées des villes (ce qui rend la lutte plus difficile, car l’armée ne peut pas frapper les zones habitées). Par ailleurs, chacune des phalanges assure son autofinancement, ainsi que l’initiative des attaques.

Pourquoi les terroristes frappent-ils davantage l’été ?

D’abord parce que sur la côte, leurs déplacements deviennent plus faciles. Avec l’affluence des estivants, l’augmentation du trafic routier, les terroristes peuvent sortir du maquis et se fondre dans la foule. D’où l’augmentation des attaques et des rapts. D’autant qu’ils effacent tous les signes qui pourraient renseigner sur leur appartenance – barbe, kamis… Ensuite, c’est pendant l’été qu’ils peuvent se réapprovisionner en armes. Les températures pouvant atteindre plus de 56°C dans certaines zones du Sud compliquent la lutte, d’autant que l’emplacement exact des « aires » terroristes reste inconnues. Pour l’armée, impossible d’envoyer autant de troupes qu’en hiver. Reste la surveillance aérienne. Mais là encore, la chaleur est telle qu’elle compromet le fonctionnement du matériel. Profitant du nombre moins important de ratissages, les terroristes profitent de la situation pour acheminer leur matériel (téléphones satellitaires, armes, jumelles, munitions…). Un risque qu’ils n’hésitent pas à prendre même s’ils enregistrent des pertes humaines importantes : certains convoyeurs sont retrouvés en décomposition sur les routes de la contrebande avec leur cargaison. Une simple panne, par cette chaleur, peut suffire à les condamner. Pendant ce temps, les forces de sécurité se concentrent au Nord pour assurer la sécurité des citoyens, notamment à Alger (où un plan spécial est établi chaque saison estivale), mais aussi Boumerdès, Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa, Jijel, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Skikda… et dans un moindre degré, Oran, Annaba, Constantine…

Les attaques terroristes sont-elles toujours des représailles aux actions de l’armée ?

Oui et non. Au sein de l’organisation, il y a un mot d’ordre : dès une attaque de l’armée, il est demandé aux chefs d’organiser une réplique. Mais ce n’est pas toujours exécuté, d’autant que les phalanges fonctionnent de manière autonome. Parfois, ils n’ont, par exemple, pas le financement nécessaire. Les attaques sont plutôt organisées en fonction de leurs besoins opérationnels. Surtout en ce moment : ils s’attaquent aux casernes pour combler leur manque de munitions. Dernièrement, un groupe terroriste appréhendé dans la région de Draâ El Mizan par les forces combinées a démontré que les groupes terroristes manquent d’armes : les kalachnikovs et les autres armes trouvées chez les terroristes étaient vides de munitions. Toujours à Draâ El Mizan et à Boumerdès, deux habitants se sont vu subtiliser leur arme par un groupe terroriste.

La région sud : Approvisionnement et relations internationales

Existe-t-il un lien entre le terrorisme au Sahel et les maquis du Nord ?

Sans la région sud, les maquis du Nord n’existeraient pas. Et inversement. A la frontière de plusieurs Etats du Sahel, cette zone constitue la priorité aujourd’hui pour les services de sécurité, car c’est là qu’est acheminé le gros des armes vers les maquis du Nord. Les groupes, qui seraient réunis sous la direction d’un seul émir, également l’émir du GSPC, Abdelmalek Droukdel alias Abou Mosaâb Abdel Wadoud, travaillent avec la complicité des contrebandiers et autres trafiquants nombreux dans la région. Cette zone demeure la base de subsistance de la région nord, d’autant que c’est une plateforme de trafic de tout le Sahel (un nom attribué par les médias à la région, mais qui, pour l’armée, ne correspond à aucune réalité). Les connexions entre les marchands d’armes, les contrebandiers et les terroristes ne font plus aucun doute. A côté des groupes, il existe des phalanges installées au Mali, au Niger, en Algérie, en Mauritanie, qui abritent aussi des camps d’entraînement. Ces phalanges recrutent des djihadistes dans tout le Sahel (d’où la présence d’éléments de diverses nationalités capturés ou tués par les forces de l’ordre) et nouent des relations avec les autres mouvements djihadistes : Somalie, Yémen, Tchad… et les réseaux mafieux internationaux. 

Que se passe-t-il à Alger ?

La capitale n’est que le « bras » exécutif du commandement en Kabylie. Il s’agit de la seriat El Feth (voir encadré). Dépendante de la katibat El Farouk, elle travaille également pour les autres katibat : Al Ansar et El Arqem notamment. Ses réseaux de soutien se concentrent dans la région est. Un vrai défi pour le dispositif de lutte antiterroriste, car ces réseaux n’ont aucun lien direct avec les terroristes : l’argent passe par une multitude d’intermédiaire. Point important : c’est à Alger que s’effectue, principalement en hiver, le recrutement pour la Kabylie. De fortes suspicions pèsent sur certaines mosquées et certaines halaqat. En été, ils sont prêts à intégrer les maquis, une opération rendue plus facile du fait que les casemates se sont rapprochées des villes. Alger est aussi le centre de communication et de propagande d’où sont distribués les films subversifs et les fetwas djihadistes faisant l’apologie du terrorisme pour les autres groupes répartis notamment dans la région nord-est. En juin dernier, les éléments de la Sûreté nationale, postés dans les points de contrôle de la capitale, ont été destinataires d’une liste accompagnée de photographies de présumés terroristes activant dans la région est d’Alger. 

Source El Watan Zouheir Aït Mouhoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires