Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 04:06

L’Algérie plaide pour une autoroute du solaire

champ solaire algerie

Le développement des énergies renouvelables est une question tellement sérieuse qui ne concerne désormais pas seulement les pays industrialisés mais aussi ceux en voie de développement, d’autant plus que les experts ne cessent d’avertir que les jours des hydrocarbures sont comptés et que l’avenir en matière énergétique se trouve désormais dans le renouvelable et notamment le solaire.

Sur cette question, l’Algérie ne veut pas être en reste de cette dynamique mondiale qui est en train de se mettre en place surtout dans les pays nord de la Méditerranée. Une tendance qui se confirme davantage depuis l’explosion qui s’est produite au niveau de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon et les appréhensions de la reproduction d’un tel scénario sur d’autres sites qui abritent de telles centrales à travers le monde. Disposant d’un vaste territoire qui offre du soleil à longueur d’année, l’Algérie a tracé un programme qui lui permet d’entrer de plain-pied dans cette procédure ; d’abord pour se substituer progressivement au pétrole, ensuite exporter vers l’Europe. Ceci dit, une telle opération n’est en fait pas une mince affaire car pour le moment divers obstacles entravent la réalisation de ce projet cher à l’Algérie. Dans cet ordre idées, le P-DG de Sonelgaz, Noureddine Bouterfa, a appelé hier les pays européens lors de son passage à la radio nationale, à lever les contraintes pour faciliter l’exportation de l’énergie solaire vers l’Europe.

«La réalisation de cet objectif est conditionné par un certain nombre de préalables», a-t-il indiqué en ajoutant qu’«il appartient à ceux qui auront besoin de cette énergie solaire de lever ces préalables et tous les verrous afin de permettre la réalisation de l’opération de transport de l’énergie solaire et d’apporter les financements nécessaires». A ce titre, le premier responsable de la compagnie a cité l’article n° 9 de la directive européenne comme principale entrave à la réalisation de l’opération d’exportation d’électricité de l’Algérie vers l’Europe. Selon lui, «cet article a pratiquement verrouillé le marché des renouvelables à partir des pays tiers», avant de souligner que la question est d’ordre «politique» et qu’«il va falloir la régler». Evoquant la détermination de l’Algérie à aller dans ce sens, Bouterfa a fait savoir que «c’est pour cela que nous avons milité et avons réussi à créer une association méditerranéenne (Medso) des transporteurs d’électricité qui sera rapidement mise en œuvre». Allant plus loin dans son action, le patron de Sonelgaz a annoncé qu’une étude sur l’intégration du marché maghrébin au marché européen est actuellement en préparation. «Dans ce cadre là, tous les aspects réglementaires et institutionnels sont examinés», a-t-il mentionné. Afin de mieux étayer ses propos, Bouterfa s’est attelé à expliquer les entraves «d’ordre technique et industriel».

«Pour vendre de l’électricité il faut la transporter, donc la première opération à réaliser c’est de se doter d’un réseau de transport d’électricité apte à véhiculer une importante quantité d’énergie. Il faut savoir que l’accès au marché européen va se faire essentiellement, à la fois, via l’Espagne et l’Italie». «Or, a-t-il poursuivi, les réseaux de transport d’électricité de ces deux pays sont déjà saturés».

Source Le Jour d’Algérie Hafid Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires