Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 11:11

Oubliée toute l’année, courtisée le jour du vote

femme-algerie-copie-1.jpg

 

Les 8 Mars se suivent et se ressemblent pour la femme algérienne. Le combat pour ses droits et son émancipation bute sur de multiples obstacles. A l’approche des législatives, elle se retrouve courtisée pas tous, y compris par ceux-là-mêmes qui ne croient pas à la nécessité de revoir le code de la famille.

En dehors des chaumières partisanes et des cercles initiés, la fièvre électorale a du mal à se propager. Les femmes sont doublement insoucieuses à l’égard de la chose politique à cause des tabous et de l’hégémonie de l’homme qui a toujours tenu en marge la gent féminine, notamment dans l’Algérie profonde où la tribu décide.

Le RND, qui se dit moderne et défend la parité, n’a jamais eu de femme députée à Batna, pour ne citer que cet exemple. Les autres partis qualifiés de grosses cylindrées ne font pas mieux. Mais voilà que tous ces partis en lice pour les législatives de mai prochain se mettent à courtiser la femme pour se conformer à la nouvelle loi électorale qui exige un quota de 30% pour les femmes. Si la nouvelle donne ne semble pas gêner outre mesure les formations classiques, chez les nouveaux partis et parmi les listes indépendantes, il s’agit d’un véritable casse-tête. A Batna toujours, une femme retraitée de l’éducation, issue d’une famille de notables a subi un véritable harcèlement de la part du parti El Moustakbal et des initiateurs d’une liste indépendante pour qu’elle se porte candidate avec eux. Une autre femme, plus jeune, enseignante à l’université de Constantine, a été, quant à elle, contactée par une vieille connaissance pour s’inscrire sur la liste du Front national pour les libertés. A défaut d’une base et face à la pression du compte à rebours, on fait comme on peut. On puise dans les vieux carnets d’adresses, on charge des amis du recrutement, on fait des annonces dans les médias.

A Souk Ahras, les «partillons» vont jusqu’à proposer des billets de banque contre une candidature féminine ! Tout est licite, les impératifs classiques de l’adhésion politique ne comptent guère, il faut remplir les listes à n’importe quel prix. C’est le pragmatisme du ventre ! Les nouveaux partis islamistes semblent moins embarrassés, mais pour trouver la candidate exemplaire, la mission est ardue. Le parti de Abdelmadjid Menasra a dû frapper à plusieurs reprises à la porte d’une dame, cadre dans une administration et personnalité populaire, portant le voile et ayant accompli une omra. En vain. On se contente alors des épouses des militants, obéissantes et conformes à la charia ! Chez les uns et les autres, les difficultés se valent mais ne se ressemblent pas.

Au FLN de Batna, la fille à Mostefa Ben Boulaïd a eu beaucoup de mal à se faire une place face à la sœur de Brahim Boulahia, sénateur et responsable de la moufafadha locale. Au RND, les listes ont été confectionnées sans le moindre mal, nous confie Belkacem Barkat, secrétaire général du bureau de la capitale des Aurès, mais les candidates doivent satisfaire à l’exigence d’un parcours prédéfini au sein des structures du parti. Ce n’est pas le cas chez les autres formations où le quota de femmes cause des retards dans le dépôt des listes au niveau central. Dans les tribus, où d’habitude se joue et se décide le choix du nom à élire, il n’est pas question de voter pour des femmes. Quoi qu’il en soit, à Batna où les femmes ont droit à 35% du total des 14 sièges offertes à la wilaya, celles qui décident de mener l’aventure ne sont jamais en tête des listes. Elles sont vouées d’ailleurs à n’être qu’un ornement imposé par le législateur dans le cadre des réformes dites de Bouteflika.

La femme n’a jamais eu sa place en politique et les avancées dont parlent les politiques ne reflètent pas des convictions ni un progrès du statut social de la femme au sein de la société. C’est une sorte de promotion forcée pour faire bonne figure. C’est donc dans l’urgence que sont confectionnées les listes de candidatures, côté femmes. En dehors des métropoles où subsistent encore des traditions politiques, il est à craindre que le quota «offert» aux femmes, résultat du rendez-vous du 10 mai prochain, ne soit davantage une manière de reconfigurer la clientèle du pouvoir.

Source El Watan Nouri Nesrouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires