Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 12:42

  Célébration demain à travers le pays et à... l’étranger

Yennayer-2962.jpg

 

Yennayer est en rapport direct avec les lois de la nature, à savoir le calendrier agraire. En effet, généralement lors des festivités, les hommes se rendent sur leurs terres et y exposent leurs récoltes annuelles. Le calendrier agraire a été adopté par beaucoup de peuples ayant côtoyé les Berbères. D’ailleurs, partout où ces derniers se sont sédentarisés, ils y ont exporté leur culture.

Le jour correspondant au 12 janvier du calendrier représente une grande symbolique pour les Nords-Africains puisqu’il correspond en fait au Nouvel An amazigh «Yennayer». Yennayer est traditionnellement fêté un peu partout en Afrique du Nord. Cette fête est liée au calendrier agraire des Berbères depuis l’Antiquité. Liée au cycle des saisons, elle est célébrée dans une atmosphère de fête propre à chaque région. Pour ne pas faillir à la tradition, cette année encore, plusieurs wilayas du territoire national et à l’étranger ont concocté de riches programmes culturels et musicaux divers et riches en activités.
Tizi-Ouzou, Béjaïa, Boumerdès, Bouira, Oran, Alger, Tlemcen… et la ligne est loin d’être exhaustive ont organisé diverses manifestations pour fêter comme il se doit «Yennayer». Il faut dire que chaque région a ses propres us et coutumes pour célébrer cette date du calendrier berbère. A Tizi-Ouzou, plusieurs galas artistiques sont programmés à la maison de la culture Mouloud-Mammeri ainsi qu’au sein des cités universitaires, à l’instar de Béjaïa et de Boumerdès et bien d’autres wilayas du pays qui ne veulent pas faillir aux traditions bien ancrées dans les foyers nord-africains.
Dans la capitale, plus précisément au palais de la culture Moufdi-Zakaria, diverses activités culturelles, dont des prestations de troupes musicales, seront proposées au public qui souhaiterait marquer cet évènement traditionnel en public. «Cette occasion est propice pour transmettre notre culture aux jeunes générations», a affirmé la directrice du Palais de la culture sur les ondes de la Chaîne 3. A l’ouest du pays, Oran, pour sa part, a commencé les festivités de Yennayer 2962 hier pour s’étaler jusqu’au 13 de ce mois.
Une manifestation qui affiche un programme varié, à l’instar d’un Salon du livre relatant l’histoire berbère d’Afrique du Nord ainsi que plusieurs expositions portant sur divers thèmes de la culture berbère. Il y aura également la projection de films et documentaires historiques ainsi que des représentations théâtrales en langue amazighe. Il est utile de signaler que ces manifestions auront lieu à la médiathèque d’Oran et sont organisées en collaboration avec le Haut commissariat à l’amazighité en partenariat avec la wilaya d’Oran. Cette date symbolique, unissant les peuples d’Afrique du Nord africain, est fêtée sous la symbolique de «la valeur de la terre». Effectivement, cette date a un rapport direct avec les lois de la nature, à savoir le calendrier agraire puisque généralement dans la foulée de la fête, les hommes se rendent sur leurs terres et exposent leurs récoltes annuelles. Le calendrier agraire a été adopté par beaucoup de peuples ayant côtoyé les Berbères. D’ailleurs, partout où les Berbères se sont sédentarisés, ils ont apporté leur culture. Le calendrier berbère démontre, si besoin est, une civilisation ancestrale, une identité millénaire dotée d’un savoir inestimable. Une légende rapporte que cette date symbolique fêterait la victoire du roi berbère Chachnaq, qui aurait réussi à refouler les Egyptiens, qui avaient tenté une énième invasion, à la frontière égyptolibyenne. Chachnaq, à la tête de son armée, a réussi à vaincre le pharaon Ramsès III.
Les Pharaons ont, de tout temps, essayé vainement de conquérir les territoires berbères. Les Nord-Africains, étant installés un peu partout à travers le monde, la fête de Yennayer a de ce fait franchi les frontières d’Afrique du Nord, allant ainsi vers l’autre rive. En Europe, cette fête est fêtée chaque année de manière grandiose, à l’instar de la France où plusieurs concerts ont été organisés, à l’exemple des galas artistiques de Takfarinas et d’Aït Menguellet dont nous avons parlé sur ces mêmes colonnes. La communauté bérbère, établie au Canada, ne manquera pas, elle aussi, de célébrer Yannayer, puisqu’elle prévoit pour le 14 janvier, un spectacle organisé par le Centre amazigh de Montréal au Canada. Ce programme est très riche et largement diversifié entre musique, danse et bien d’autres animations. Les festivités se tiendront au collège Maisonneuve, Montréal, à partir de 18h.
Le Nouvel An berbère, qui correspond au 12 janvier de chaque année, sera donc une nouvelle occasion donnée aux peuples nord-africains de se réconcilier, l’espace d’une journée, avec leurs racines ancestrales qui ont réussi à braver l’usure du temps et d’autres traditions impoées ou importées. Assegas amegwas...

Source Midi libre Djamel Boukerma

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires