Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 08:02
Il sera de retour à Alger en fin de semaine
Khalifa 2 
Il faut croire que l’affaire Khalifa connaîtra bientôt son épilogue, et pour cause,  Abdelmoumen Khalifa qui n’a pas introduit un recours auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme pour empêcher la décision britannique de son extradition en Algérie sera bientôt de retour au pays. En effet, des sources très proches du dossier ont indiqué au Jour d’Algérie que  «Abdelmoumen Khalifa sera à Alger en fin de semaine». Pour cela, poursuit la source «une équipe mixte composée de magistrats et d’officiers de la DGSN fera le déplacement en début de semaine au Royaume-Uni afin de le ramener au pays». Le retour de Abdelmoumen Khalifa constitue le couronnement d’une véritable lutte judiciaire menée des années durant par la justice algérienne auprès de sa compère britannique. C’est également un heureux dénouement pour la justice algérienne qui a longtemps était la cible des critiques de l’opinion publique algérienne. Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux, a affirmé il y a quatre jours que Abdelmoumène Khalifa «devrait être remis par les autorités britanniques à l’Algérie avant le 31 décembre 2013». Dans une déclaration à la presse en marge d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Louh a souligné que «conformément aux procédures judiciaires du Royaume-Uni, l’extradition de Abdelmoumène Khalifa devrait intervenir avant le 31 décembre 2013, sauf appel auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme». «Les délais prévus par la loi britannique ainsi que les recours ont tous été épuisés», a précisé le ministre. De son côté, le Home office, dans un communiqué cité par l’AFP, a souligné que «M. Khalifa s’est vu refuser d’interjeter appel devant la Cour suprême le 3 décembre. Il va être extradé dans les 28 jours qui font suite à cette date».
Retour sur une planque en or
uste après l’effondrement de son empire économique qui aura causé un préjudice de plus 1,5 milliard de dollars à l’Etat algérien et aux citoyens qu’il avait escroqués, il s’est planqué au Royaume-Uni, et ce, depuis une dizaine d’années. Parfaitement au courant de la complexité du système judiciaire britannique, Abdelmoumen Khalifa joue la carte politique. Aux yeux de l’opinion publique internationale, et particulièrement auprès de la justice britannique qu’il persuade qu’il était victime d’une liquidation politique «travestie en affaire économique». «Les autorités britanniques savent que mon affaire relève d’un problème politique travesti en problème économique. Il suffit de lire les articles de presse algériens télécommandés par le pouvoir pour s’en convaincre. La chute organisée de mon groupe, contrairement à ce qui a été écrit, n’a jamais reposé sur une défaillance financière», a-t-il affirmé dans une interview accordée au magazine VSD en mai 2006. Se voulant plus crédible dans son statut de «victime», et pour s’assurer de la «sympathie», il ira même jusqu’à menacer, au travers de différents interviews et émissions accordées à travers le monde, de citer des noms de hautes personnalités, ce qui selon lui nuirait directement au Président Bouteflika. De son nom complet Abdelmoumène Rafik Khalifa, il a bâti à la fin des années 1990, comme sur un coup de baguette magique, un empire économique qui n’aura pas fait long feu puisque ce dernier commencera à s’effondrer en novembre 2002 avec le blocage des transferts de la Khalifa Bank. En peu d’années, le golden boy, qui apparaissait comme le symbole de la réussite individuelle en Algérie, a réussi à édifier une banque, une compagnie aérienne, une télévision privée basée à Paris, des investissements tous azimuts et des fêtes ouvertes à la jet-set. Dix-sept enquêtes judiciaires ont été de facto ouvertes sur les affaires liées aux différentes filiales de son groupe. Quatre années plus tard, en 2007, Rafik Khalifa avait été condamné par contumace par le tribunal de Blida à la réclusion à perpétuité pour «association de malfaiteurs, vol qualifié, détournement de fonds, faux et usage de faux» dans l’affaire de la faillite de sa banque. Sous la double pression algérienne et française et après délivrance d’un mandat d’arrêt européen à son encontre, Rafik Khalifa est arrêté le 27 mars 2007 par les services de sécurité britanniques et sera gardé en détention provisoire. En 2008, la justice britannique examine la demande d’extradition algérienne qu’elle finit par autoriser le 25 juin 2009, toutefois son avocat a indiqué qu’il ferait appel. L’ex-milliardaire est aussi sous le coup d’un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française pour «abus de confiance, banqueroute par détournement d’actifs, banqueroute par dissimulation de comptabilité et blanchiment en bande organisée».
Source Le Jour d’Algérie Lynda Naili Bourebrab
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires