Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 06:32

JSK - USMH, une finale de rêve

Finale-JSK-USMH.jpg

 

Tous les regards seront braqués demain à partir de 16h vers le stade du 5-Juillet qui abritera la finale de la 47e édition de la Coupe d’Algérie. Une finale qui s’annonce riche en couleur, en intensité, en spectacle et à coup sûr, en suspense, connaissant les potentialités physiques et techniques des deux protagonistes qui ne sont d’ailleurs plus à présenter. D’un côté, une JS Kabylie sextuple championne d’Afrique et aussi, l’équipe la plus titrée du pays comme le prouve si bien son glorieux palmarès.

De l’autre, une équipe de l’USM Harrach qui n’a certes, pas le palmarès de la JSK avec seulement deux Coupe d’Algérie et un titre de champion, reste incontestablement l’une des plus grandes écoles du football algérien. On aura également, deux grands techniciens qui seront face-à-face à savoir l’entraîneur de la JSK, Rachid Belhout et son homologue harrachi, Boualem Charef. Demain, le stade olympique sera peint en jaune pour la circonstance, du moment que cette couleur est celle des deux équipes, les Canaris du Djurdjura et «Essafra» d’El Harrach.

C’est d’ailleurs pour la première fois, depuis 1963 qu’une finale de Coupe d’Algérie sera tout en jaune. En dépit de cette couleur partagée, la JSK et l’USMH auront aussi, un objectif commun: le sacre final, évidemment. Malgré l’importance de l’enjeu, les deux équipes doivent se mettre en tête que les exigences d’une finale veulent qu’il y ait un heureux gagnant et un malheureux perdant.

Et comme l’ont affirmé plusieurs connaisseurs et anciens joueurs, le fait d’arriver en finale, est déjà un acquis considérable et historique.

Il est évident, que chaque finaliste vise carrément la consécration finale, mais il faudrait que les plus grands gagnants soient le fair-play, la sportivité et le spectacle en général, car après tout, c’est un match de football et rien d’autre.

Ceci étant, Kabyles et Harrachis se doivent de donner la meilleure image possible sur le terrain pour, non seulement, honorer leur standing mais aussi le football algérien, du fait que cette finale sera retransmise un peu partout. A noter aussi, que cette finale sera suivie par le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika et les plus hautes autorités du pays des invités de marque qui seront à coup sûr, présents demain au stade du 5-Juillet.

Espérons seulement que cette 47e finale de la Coupe d’Algérie sera une fête du football algérien, en général, et celle des jeunes, en particulier qui sont appelés à faire preuve de beaucoup de sportivité avant, durant et après cette finale prometteuse qui va très certainement tenir toutes ses promesses sur tous les plans. Le rendez-vous est pris pour demain après-midi au stade du 5-Juillet.

Source L’Expression Mounir Benkaci

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires