Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 08:37

Algérie - Paramédicaux. De la colère à la radicalisation

paramedicaux-greve.jpg

 

Report des rendez-vous des malades et interventions chirurgicales annulées : les soins devraient encore être perturbés cette semaine. Car le Syndicat algérien des paramédicaux compte radicaliser le mouvement de grève, affirmant que c’est au ministre de la Santé de trouver des solutions d’urgence.

Fini le temps des hésitations. Les paramédicaux sont plus que jamais déterminés à poursuivre leur mouvement de protestation, avec grève illimitée et sit-in au menu de cette troisième semaine consécutive de mobilisation. Selon les syndicalistes, jamais la reprise du travail ne pourra être décidée si le ministère de la Santé ne s’engage pas, par écrit, à résoudre au moins une des revendications. Tout stagne sur la promulgation du statut particulier devant intégrer les paramédicaux au système LMD et à leur classification à l’échelle 11. «Nous ne pouvons pas convaincre la base de reprendre le travail s’il n’y a pas eu du concret», affirment les syndicalistes. Plusieurs promesses ont été faites par les responsables du ministère pour la réintégration des six paramédicaux syndicalistes à leur poste.

Mais, à ce jour, ils affirment n’avoir toujours pas été réintégrés. Les chefs d’établissements hospitaliers assurent de leur côté n’avoir reçu aucune note, alors qu’à Tizi Ouzou, par exemple, deux décisions écrites ont été signées ! Le Syndicat algérien des paramédicaux dit ne rien comprendre à la stratégie de Djamel Ould Abbès. «Et tant qu’il n’y a pas d’urgence vitale, il n’est pas question d’assurer le service minimum», affirme une kinésithérapeute en grève. A l’hôpital de Ben Aknoun, où elle travaille, la paralysie est presque totale. Les parents des nouveaux-nés en rééducation repartent comme ils sont venus. Ils s’affichent parfois compréhensifs mais souvent énervés. «Personne ne m’a informée de cette grève !» s’énerve une mère venue avec son bébé. 

«Et de plus, personne ne sait quand tout cela sera terminé. L’hôpital pourrait au moins afficher à l’entrée que le personnel est en débrayage», raconte une maman d’un nouveau-né en rééducation. «Même si je suis en grève, il m’arrive de prendre en charge certains malades qui viennent de loin ou des personnes âgées qui ne comprennent rien à nos revendications», témoigne une infirmière au CHU Mustapha Pacha. La corporation affirme être dans son droit le plus absolu et que la responsabilité des malades pénalisés incombe à la tutelle.

Déclarations de Djamel Ould Abbès :

«La grève des paramédicaux n’a aucun sens parce qu’elle survient au moment où leurs revendications sont prises en charge. Le projet du statut des paramédicaux est entre les mains du gouvernement. Ce dernier devra l’avaliser et sera prêt dans un à deux mois.»

Qui sont les paramédicaux ?

Le corps paramédical rassemble exactement 23 spécialités. Mais, se sont les infirmiers en soins (68 000) qui sont les plus nombreux. Dans la catégorie infirmiers, on compte trois sous-catégorie : les infirmiers diplômés avec un bac +3 (31 000), les infirmiers brevetés ayant suivi une formation sans le diplôme du bac (25 000). Puis, viennent les aides-soignants (12 000). Le corps compte aussi les anesthésistes, au nombre de 6000, les laborantins avec un effectif de 5000, les kinésithérapeutes, les orthopédistes, les prothésistes dentaires, etc. Pour toutes ces catégories et quels que soient les diplômes obtenus, tout débutant est rémunéré à 21 000 DA et à 29 000 DA en fin de carrière ! En trente ans de carrière, ils gagnent 8000 DA de plus !

Source El Watan Nassima Oulebsir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires