Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 06:58

Les entreprises européennes boudent le marché algérien

43e foire internationale alger

Climat des affaires

La nouvelle édition de la Foire internationale d’Alger s’ouvre dans un contexte particulier : l’évolution du climat des affaires en Algérie inquiète les opérateurs nationaux et étrangers. En effet, on assiste à un reflux des IDE en Algérie. Outre la crise économique en Europe, les deux facteurs sont au moins à l’origine d’une participation moins importante des entreprises européennes par rapport aux précédentes éditions. Cette situation a ouvert la voie à des pays émergents comme la Chine qui exerce un forcing continu pour grignoter des parts de marché. Si cette concurrence sur le marché algérien, cette diversification des partenaires devraient être recherchées, en revanche, les pouvoirs publics gagneraient à être très regardants sur la qualité des produits. Ce pays étant le royaume de la contrefaçon et la source principale de l’introduction de biens non conformes, dangereux pour la santé des citoyens.

Ce phénomène est devenu une question de sécurité nationale. La perméabilité de nos frontières terrestres reste préoccupante, en dépit de la panoplie de mesures de la LFC ayant conduit au resserrement des contrôles.

Côté entreprises, on enregistre les progrès de firmes privées ayant un potentiel concurrentiel, mais quelques alouettes ne font pas le printemps. Les entreprises sont, de manière générale, dans l’expectative. Rassurées par l’importance des opportunités créées par le nouveau plan quinquennal de 286 milliards de dollars et par une orientation économique consacrant la préférence nationale, elles s’alarment de la persistance des contraintes à l’essor de leurs activités : accès au crédit, au foncier, lourdeurs bureaucratiques et concurrence de l’informel, des pratiques commerciales déloyales et des insuffisances de la chaîne logistique, notamment les ports.

Côté pouvoirs publics, on arrive difficilement à comprendre une chose si simple : si on complique la tâche aux entrepreneurs nationaux, les investisseurs étrangers ne s’engageront pas en Algérie. Quant on sait l’importance des IDE comme un facteur parmi d’autres de modernisation du pays, il est clair que la promotion, maintes fois affichée du secteur productif dans le discours officiel, devrait s’accompagner d’actions énergiques sur le terrain. Encore faut-il ancrer une conviction en Algérie : les intérêts politiques divergents avec les intérêts de la collectivité ne devraient pas présider dans la gestion du pays.

Source Liberté Khaled R.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires