Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 06:48

Tous les chemins mènent à...la réconciliation

Hannachi Raouraoua

 

Une bonne initiative souhaitée par toute la grande famille du football algérien.

Lors de son déplacement au tribunal de Saïd Hamdine, à Bir Mourad Raïs, dimanche dernier, le président de la JS Kabylie, Mohand Chérif Hannchi, a été officiellement mis au courant du retrait de la plainte du président de la Fédération algérienne de football (FAF), M.Mohamed Raouraoua à son encontre, suite à la longue polémique qui les a opposés, depuis quelques mois. Et en réaction à ce retrait de la plainte du président de la FAF, le président de la JSK a bien accepté de se réconcilier avec le premier responsable de l’instance fédérale en posant une seule et unique condition: que la FAF verse les 160.000 dollars qu’elle détient en guise de recouvrement des frais de déplacement de la JSK au Nigéria lors de son match de Coupe africaine contre Haertland FC. Ce qui veut dire que cette affaire Raouraoua-Hannachi est bel et bien en phase de trouver un dénouement.

Ainsi, et après avoir déposé une plainte en diffamation contre Hannachi, le président de la FAF retire sa plainte et c’est d’ailleurs l’avocate de la FAF qui a effectué les démarches nécessaires et réglementaires au tribunal de Bir Mourad Raïs afin que cette affaire soit close. Et pour mieux comprendre de quoi il s’agit, il est utile de rappeler brièvement la genèse de l’affaire: Tout a commencé au sujet de la prise en charge du vol spécial de la JSK au Nigeria pour y affronter le Haertland FC en septembre dernier en phase de poules de la Ligue des champions africaine de football. A ce moment-là, le président de la JSK avait commencé à critiquer le président de la FAF en constatant que ni lui, ni aucun membre de la FAF n’était présent aussi bien au Caire pour le match de la JSK contre Ahly au Caire, qu’à l’aéroport d’Alger après le retour des Kabyles avec le point précieux du nul et une qualification méritée et avant terme aux demi-finales de la Ligue des champions africaine.

Hannachi s’en est pris au président de la FAF en déclarant, entre autres, qu’il s’occupe plus d’autres clubs tels que l’ES Sétif et non la JSK, puisqu’il remarque que Raouraoua n’a pas assisté aux matchs de la JSK dans le cadre continental.

Dans la foulée, Hannachi demande alors au ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) de mettre à la disposition de la JSK un avion spécial pour son déplacement justement au Nigeria pour affronter le Heartland FC. Le ministère avait répondu par la positive et lorsque la facture est arrivée, le ministère de la Jeunesse l’envoie, donc à la FAF pour service fait. Or, le président de la FAF, la renvoie de son côté à la JSK. Et c’est là que Hannachi reprend ses critiques envers le président de la FAF et ses collaborateurs, membres du Bureau fédéral, qu’il qualifie des «Beni ouioui». Et puis, vint cette histoire des motions de soutien au président de la FAF de la part des Ligues et des arbitres à propos du problème des clubs amateurs ayant décidé de boycotter leur championnat. Hannachi qualifie alors ceux ayant signé la motion de soutien au président de la FAF comme des partisans du président fonctionnant comme des membres d’un parti politique. En guise de réponse concernant la facture d’Air Algérie, alors que Hannachi soutient que c’est la FAF qui avait l’habitude de payer celle-ci, Raouraoua a répondu que la FAF n’a jamais eu à payer ce genre de prestation. Ce n’est pas du tout dans ses prérogatives et c’est aux clubs concernés de le faire.

D’ailleurs, Raou-raoua va plus loin en déclarant que la FAF procédera à la déduction de la somme payée des droits TV revenant à la JSK. Cela s’est passé à la veille du coup d’envoi de la première année du Championnat national professionnel. Et à la veille du match contre le TP Mazembe, le président kabyle s’enflamme en déclarant: «On veut casser la JSK, mais tant que je suis son président, personne ne réussira à le faire.» Et à la fin du mois de septembre dernier, la Fédé-ration algérienne de football dépose officiellement une plainte contre le président de la JS Kabylie, Mohand Chérif Hannachi, après les déclarations jugées «irresponsables» et le comportement «irrévérencieux» du patron du club kabyle à l’égard du président de la FAF et des dirigeants du football national, comme il est bien mentionné dans un communiqué de la FAF. Maintenant, la balle est dans le camp du président de la FAF pour savoir quelle suite donnerait-il à cette condition posée par le président de la JSK pour régler ce problème de récupération des 160.000 dollars de cette fameuse facture que la FAF détient contre le club kabyle.

Hannachi est très clair là-dessus: «Je ne fais que défendre mon club. Je n’ai aucun problème personnel avec le président de la FAF que celui de défendre les intérêts de mon club...», ne cesse-t-il de clamer...

Source L’Expression Saïd Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires