Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 07:44

Algérie - Ciel, mon foot, mon or, leurs euros et mes dinars !

algerie slovenie

le-couffin-menagere.jpg

Faut-il parler de l'économie du football quand sur le terrain l'équipe nationale donne de mauvais signaux ? Hors sujet, diront ceux qui cultivent l'optimisme et jurent que nous allons montrer aux britishs et aux ricains de quel bois le Maghreb central se chauffe. D'autres sont pourtant prêts à parier une bouteille d'Orangina, dont ils ne peuvent certifier l'origine à 100%, qu'il en est du football comme des entreprises, cela se gère sérieusement ou bien cela patauge dans le cercle vicieux de la crise et de la subvention. Ces prudents parieurs vous diront, avec placidité car le flegme est anglais, qu'il ne sert à rien de courir 70 mètres pour freiner des deux pieds à 30 mètres des buts adverses. Ce que l'équipe nationale fait sur le terrain, les «autorités du football» algérien  quelle belle formule !  le font aussi à un plan plus large, sur un terrain grand comme l'Algérie. Ils ont donné le starter pour que les équipes de football basculent dans le professionnalisme. Et hop, allez-y et en septembre vous êtes des pros ! ? Peu de clubs parviendront à faire 30 mètres sans une implication des entreprises privées qui, en ces temps très dirigistes, se plaignent de ne pas avoir une visibilité de plus de 10 mètres et ne sont pas prêts à engager des sous dans le foot. En Algérie, on semble décidé de ne jamais faire comme les autres. On adore le spécifique et on n'en démord pas quitte à ce que l'or persiste à se barrer dans les ruelles des revendeurs que des artisans-bijoutiers, en colère avec les taxes, alimentent sans le fameux poinçon. Mais qu'est-ce qui est poinçonné, estampillé et gravé de manière presque indélébile le «presque» est la petite action que l'on s'octroie pour entretenir l'espoir - dans l'économie algérienne ? C'est une question à un euro pour 126,5 dinars dont la réponse est archiconnue. Que le dollar monte ou baisse, que l'euro atteigne les cimes ou sombre dans l'oued et que le dinar soit «fort» ou «faible», les prix ne baissent jamais en Algérie. Les économistes nous en donnent l'explication : concurrence insuffisante ou nulle et mauvaise organisation du marché qui permet à des importateurs-distributeurs de pratiquer des marges exorbitantes et peut importe la valeur officielle ou parallèle du dinar ! L'économie algérienne, elle aussi, fait des courses effrénées avant de s'arrêter à 30 mètres du but Qu'il est tyrannique le spécifique ! Mais bon, cultivons l'espoir que face aux Américains et leurs alliés britanniques, on ne s'arrêtera plus à 30 mètres des buts adverses.

Source Le Quotidien d’Oran Salim Rabia

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

J


C'est sympa et un tantinet absurde... comme l'Algérie ?



Répondre
L


Bonsoir Joly


Bien des litiges pourraient être résolus ne serait ce que par une meilleure présentations
des choses, fussent elles les plus absurdes


Cordialement,


Le Pèlerin