Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 06:59

Algérie - Le football n’étant pas une science exacte : Et si les Verts…

equipe-Alg-rie.jpg

L’équipe nationale n’a pas encore consommé tous ses atouts dans ce premier tour de la phase finale de la Coupe du monde. Il reste encore deux matches à jouer et, comme dirait l’autre, tout est possible.

S’il est vrai que tous les Algériens sont sous le coup de la défaite inattendue face à la Slovénie, il est utile de rappeler que les chances vers une qualification au second tour demeurent intactes, même si le parcours qui reste à faire est difficile, voire très difficile. Comme en sport, il ne faut pas être défaitiste, il faut donc oser et dire que l’on est capable de battre cette équipe d’Angleterre. Si certains vont sourire sous cape, il n’en demeure pas moins qu’ils seront les premiers à être heureux si la victoire venait à couronner les Verts vendredi prochain. Maintenant, si le succès ne s’affiche pas du côté des nôtres, ce serait certainement pas faute d’avoir osé. Il faut peut-être rappeler que le football est un sport imprévisible même s’il détient ses règles et ses devoirs.

Le football n’est pas une science exacte, une phrase maintes fois répétée par des techniciens de haut niveau. Cela peut s’appliquer pour le match de vendredi. Il n’y a pas de logique en football, cela peut se faire pour la rencontre face à l’Angleterre. Le football est plein de surprises, c’est aussi un atout pour notre équipe nationale. On va même s’interdire de rappeler en ce jour du 16 juin, qu’en Espagne, il y a de cela 28 ans jour pour jour, une équipe algérienne composée de joueurs venant de Hussein Dey, de Kouba, de Mascara, d’Oran ou de Tizi Ouzou avait terrassé l’ogre allemand. Bref, il existe une série de petites anecdotes qui redonnent espoir, même si au fond de nous-mêmes l’on est conscients qu’une partie de football ne se gagne pas par des anecdotes. Pour bon nombre d’Algériens, le Mondial 2010 pour les Verts c’est fini. Le fait d’avoir loupé cette chance de prendre le meilleur sur l’équipe de la Slovénie, le onze algérien aura raté l’occasion de se retrouver au second tour.

La faible prestation de notre équipe face à la Slovénie, pour le compte du premier match, semble avoir mis un frein aux ambitions des supporters algériens. Reste maintenant le côté joueurs qui, malgré la lourde pression qui pèse sur leurs épaules, ne baissent pas encore les bras. Bien au contraire, si nous devons prendre en considération les déclarations des uns et des autres, l’ensemble de l’effectif affiche une certaine sérénité à la veille de cette importante rencontre face aux Anglais. Il est vrai qu’il en faut plus pour venir à bout de cette équipe, favorite de l’épreuve, mais le football est ainsi fait. Nul ne peut prédire le résultat final d’une rencontre sportive. Dans ce registre, les exemples sont si nombreux qu’il serait inutile de les énumérer. Même dans cette épreuve sud-africaine, la logique n’a pas été respectée dans certaines rencontres. Le staff technique et Rabah Saâdane sont conscients de la difficulté, ils mais doivent libérer leurs joueurs qui, en fin de compte, n’ont plus rien à perdre, sachant aussi que la pression est maîtresse des lieux chez l’adversaire qui a enregistré un contre-performance lors de son premier match face aux Etats-Unis.

Source El Watan Azeddine Hammou

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires