Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 11:20

Algérie – Football - Aimé Jacquet (ancien sélectionneur de France) : «Il faut que l’Algérie gère le rythme du match»

jacquet.jpg

 

 

Champion du monde en 1998 avec la France, Aimé Jacquet a quitté les terrains de foot pour le poste de DTN. Une expérience de courte durée, puisqu’il cédera sa place à Gérard Houiller, pour se lancer dans le monde de l’audiovisuel où il est consultant pour la chaîne Canal+. Rencontré lors avant la rencontre Brésil-Côte d’Ivoire à Soccer City, il nous a déclaré toute sa sympathie pour l’équipe nationale algérienne. « C’est une belle équipe. Il y a quelques insuffisances peut-être, mais je suis certain qu’il y a de grandes potentialités dans cette sélection. Franchement, l’Algérie m’a épaté face à l’Angleterre Je ne m’attendais pas à un tel rendement de la part de la sélection algérienne. Les verts ont une organisation défensive de haut niveau Le trio Yahia-Halliche-Bougherra a anéanti toutes les tentatives de la ligne d’attaque anglaise. Le milieu de terrain avec Lacen et Yebda était parfait dans la récupération et la relance. Ils étaient présents dans les duels. Ce qui est important dans ce genre de match. Devant, Matmour, Ziani et le jeune Boudebouz étaient époustouflants. Ils ont empêché la défense anglaise de progresser en défendant haut », nous a-t-il déclaré, en rendant hommage à Saâdane. « Je pense que l’Algérie a mieux préparé son match. M. Saâdane a adopté la stratégie juste pour neutraliser l’Angleterre. Il a été judicieux dans la configuration du jeu. Il a refusé le combat, d’emblée, en favorisant le jeu court et rapide. Cela a complètement déstabilisé les Anglais. J’ai entendu les gens dire que l’Angleterre n’a pas été bonne dans sa rencontre avec l’Algérie. Moi je dirais que ce sont les Fennecs qui étaient meilleurs ce jour là. Les Algériens ont joué à leur rythme. Ils ont su gérer la partie. Je pense que l’Algérie avait largement les moyens de battre l’Angleterre. Pour cela, il fallait que les joueurs algériens croient en eux et jouent sans complexe face aux Anglais. C’est le souci de beaucoup de sélections lorsqu’elles affrontent des favoris. Mais un nul comme ça est toujours bon pour le moral. » Aimé Jacquet est par la suite revenu sur le faux pas de l’EN contre la Slovénie. « C’est un accident de aprcours. Il ne faut pas le prendre comme match référence. Toutes les équipes du monde craignent le premier match dans un tournoi. Je vais même vous faire une confidence. En 1998, pour le premier match face à l’Afrique du Sud à Marseille, je n’ai pas dormi la veille. Le test de vérité c’est généralement le deuxième match », nous a-t-il indiqué avant d’aborder le dernier match du groupe C. « Ce sera un match difficile. Les Américains sont très costauds. C’est une équipe combative. L’aspect physique va être déterminant dans ce match. Je ne sais pas si les Algériens vont bien récupérer de leur denier match. Pour avoir une chance de gagner, il faudrait que l’Algérie gère le rythme du match comme face à l’Angleterre. » Avant d’aller prendre sa place dans la loge prévue pour les commentateurs TV, Aimé Jacquet a tenu à nous dire : «mes amitiés pour l’Algérie…».

Source Liberté Rédha Maouche.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires