Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 09:23

Football - il a estimé que Zidane a bien fait de jouer pour les sélections de France
Saâdane fait-il son chemin de croix
rabah-saadane

Le sélectionneur national vit des moments sensibles ces derniers mois. Depuis novembre dernier, Rabah Saâdane passe pour le héros de la nation, même si parfois il subit les foudres de la presse et d’une partie du public. Une telle pression a engendré nombre de dérapages langagiers de sa part.
Quelques heures après la claque essuyée par les Verts devant la Serbie, au stade du 5-Juillet, plein à craquer, le Cheikh a avoué qu’il était, en partie, responsable de la défaite. «Je n’étais pas concentré sur mon sujet, je l’avoue. J’étais moi-même absorbé par l’ambiance du match», at- il dit à certains de ses proches. En fait, Saâdane a perdu le fil de la concentration depuis la dernière CAN où son coaching est sujet à contestation de toutes parts. Le président de la FAF est allé juste après le 4 à 0 concédé devant l’Egypte à Benguela, lui rappeler ses responsabilités. Au sortir de cette triste élimination en demi-finale de la CAN, le patron de la FAF a invité la presse à demander des explications à l’entraîneur national, et non à lui qui avait réuni tous les moyens pour assurer la réussite aux Verts. Le sélectionneur a confirmé son «égarement» quelques jours après le retour en Algérie en affirmant à qui voulait l’entendre que ses choix sont arrêtés à 99% concernant la liste des 23 joueurs qui effectueront le déplacement l’été prochain en Afrique du Sud, lieu de la 18e phase finale de la Coupe du monde. «J’ai mon équipe en tête, il ne faut pas s’attendre à des chamboulements», a-t-il indiqué. Au lendemain de la défaite face aux Serbes à Alger, Rabah Saâdane a annoncé que six joueurs (Bezzaz, Rahou, Babouche, Ousserir, Zaoui et Bouazza) ne sont pas concernés par le voyage en Afrique du Sud. Des éléments qui avaient fait campagne sous ses ordres depuis novembre 2007 ont été gommés et la liste serait encore ouverte pour d’autres candidats à la «suppression». Ce ne sont pas les habitudes de l’homme qui n’a en tout et pour tout utilisé qu’une vingtaine de joueurs pendant son cinquième règne à la barre technique des Verts. Saâdane a renié ses engagements au profit de la promotion des joueurs locaux au sein de l’EN. En les écartant à 100 jours de la phase finale du Mondial, Saâdane a agi sous la pression de quelques parties influentes du milieu du football. Ceux qui lui ont mis des bâtons dans les roues en annonçant à chaque fois l’arrivée d’un adjoint à ses côtés ont pesé dans ses dernières décisions. Ce qui n’est rien avec sa dernière sortie devant les caméras de la chaîne française TF1. Lors de l’émission dominicale Téléfoot, Saâdane a défendu la cause des Tricolores. En déclarant que «Zidane a bien fait de choisir les sélections de France», Saâdane invite toute la jeunesse algérienne émigrée en Hexagone à suivre la voie de la star mondiale du football. A ses yeux, si Zidane avait opté pour les sélections de son pays d’origine, il n’aurait jamais connu cette envergure et atteint cette dimension planétaire. Ce qui n’est pas faux, faut-il en convenir. Seulement, un tel message aurait été le bienvenu quand il est adressé par un Raymond Domenech ou bien Zinedine Zidane lui-même. Celui-ci avait à plusieurs reprises invité les Karim Benzema, Samir Nasri et avant eux Camel Meriem à faire carrière sous le maillot bleu, et personne ne lui a tenu rigueur. Les propos de Saâdane ne sont pas faits pour rassurer une jeunesse émigrée déchirée entre l’appartenance à un pays d’accueil qui n’offre que le gîte et le luxe ambiant et son pays d’origine. Zidane lui-même a été descendu en flammes suite à son coup de boule. Ce jour-là, la vedette de la Juve et du Real a, peut-être, compris que son avenir est ailleurs qu’en France. Saâdane n’est pas le premier à souhaiter la fuite des talents. Le président de la fédération avait, lors de la conférence de presse conjointe animée à la veille du match Algérie- Serbie, intimé l’ordre aux membres des staffs techniques des sélections de jeunes à ne plus convoquer des jeunes footballeurs issus de l’émigration. Il citera les déboires connus par le jeune buteur des U17, Nadir Bendahmane, qui a failli compromettre sa carrière professionnelle pour avoir disputé la CAN 2009 sous le maillot de l’Algérie. L’intention du président de la FAF était de pousser les clubs et les entraîneurs à travailler davantage la formation des jeunes. Seulement, de tels propos peuvent provoquer l’effet boomerang. A savoir que les joueurs de talent formés dans les clubs européens suivent les conseils de Saâdane et optent pour le choix de la raison. Gageons que de tels propos, tenus sous le coup de l’euphorie, n’engendrent pas un effet pervers.
Source Le Soir d’Algérie M. B.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires