Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 08:58

Algérie - Professionnalisme: Les clubs de Ligue 1 s'en remettent à Ouyahia

avant-egypte-algerie.jpg

 

Les présidents des clubs de la Ligue 1 ont décidé de saisir le gouvernement en adressant une lettre au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, pour lever les contraintes entravant l'application de la mise en œuvre du professionnalisme en Algérie, selon une déclaration de Abdelkrim Medouar, représentant des présidents de Ligue 1. Ces présidents ont chargé Raouraoua de transmettre cette lettre au Premier ministre avant le 5 janvier. La décision d'adopter cette démarche a été prise lors de la réunion FAF-présidents de clubs de jeudi dernier, la réunion ayant été président par Raouraoua et son vice-président, Mecherara. La réunion a permis aux deux parties de passer en revue ce qui a été entrepris depuis le début de cette saison en matière d'application des dispositions concernant l'instauration du professionnalisme.

Selon Medouar, «les clubs demeurent toujours dans le flou». Il a été ainsi relevé les nombreuse contraintes bureaucratiques, notamment la mise à disposition de terrain d'assiette par les autorités locales au profit des clubs pour la construction des centres de formation, ainsi que la prise en charge des équipes de jeunes en matière d'encadrement. De son côté, le vice-président de la FAF, Mohamed Mecherara a précisé que les autorités locales et les administrations à travers le pays ont été relancées pour l'application des décisions de l'Etat. Toutefois, selon certains présidents de club, la lettre qui sera adressée au Premier ministre est en contradiction avec la dernière décision prise par les pouvoirs publics et consistant en la création d'un Fonds de soutien public aux clubs professionnels de football. Ce Fonds sera créé au niveau du Trésor public, avait annoncé le ministère de la Jeunesse et des Sports. Il est destiné à financer les dépenses des clubs se rapportant à l'édification des centres de formation, la prise en charge des catégories jeunes ainsi que les déplacements des équipes engagées dans les compétitions internationales.

Le ministère avait ainsi rappelé que le football professionnel reste un projet du président de la République qui entend ainsi engager une réforme du football national. Cette réforme sera menée et dirigée exclusivement par le MJS alors que la FAF ne fera qu'exécuter et appliquer une décision prise en haut lieu, précise-t-on encore. Des présidents de clubs ont émis des réserves sur cette lettre, estimant qu'elle devrait être adressée plutôt au ministère de tutelle.

Maintien des restrictions pour les joueurs africains

Des présidents de clubs ont également demandé à la FAF de lever la restriction concernant les joueurs africains dans le championnat d'Algérie. La FAF a maintenu ces restrictions, soutenues par plusieurs clubs. Il est toujours imposé aux clubs de n'aligner qu'un seul joueur africain lors d'un match de championnat. Selon Mecherara, il est demandé aux clubs de recruter plutôt des joueurs algériens évoluant dans les championnats étrangers, sachant que ces joueurs sont susceptibles d'être appelés dans les différentes sélections nationales. A ce titre, Mecherara a cité le cas des équipes nationales A' et olympiques, composées de joueurs locaux et dont les résultats sont encourageants.

Il a fait observer qu'en imposant aux clubs d'aligner deux juniors dans le championnat, ces joueurs ont réussi à émerger. Il fait ainsi référence à la prestation de l'équipe nationale olympique qui a remporté le récent tournoi de l'UNAF au Maroc. Les présidents de clubs ont demandé aussi à la FAF d'effacer leurs dettes à la faveur de l'instauration du professionnalisme. La Fédération a pris note de cette doléance qu'elle mentionnera dans la lettre adressée au Premier ministre.

Source le Quotidien d’Oran Kamel Mohamed

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires