Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 06:56

C’est désormais une certitude. L’Algérie est malade de son "impuissance" offensive.

luxembourg-algerie.jpg

 

C’est désormais une certitude. L’Algérie est malade de son "impuissance" offensive. Face à une très modeste sélection du Luxembourg, les hommes du coach Benchikha ont pris les rênes du match dès l'entame  de la rencontre, disputée mercredi soir. Une domination stérile qui n’aura révélé que des lacunes dans le secteur offensif.  

Certes, les Algériens ont multiplié les attaques lancées surtout par le duo Ziani-Boudebouz, remuant mais qui a du mal à se trouver dans plusieurs séquences de jeu. Les dribbles étaient là. Les passes aussi. Quelques belles actions, mais sans aucune suite. Face aux buts adverses, les Verts éprouvent toujours de la peine à concrétiser des actions. 

Et pourtant, les Algériens se sont procuré six nettes occasions de buts,  par Boudebouz (60 et 66), Benyamina (62), Lacen (68), Mesloub (79) et surtout  Meftah (88). Ce dernier, engouffré dans la surface de réparation, après  une lumineuse passe de Zerdab, tire en force et rate le cadre. 

Il est vrai aussi que le gardien luxembourgeois s’est illustré dans ce match en déviant en catastrophe de nombreux ballons. Toutefois, cela ne justifie en rien les ratages bêtes et absurdes de plusieurs actions qui ont été, à la fin, gâchées juste devant la surface de réparation de l’adversaire.  

De leur côté, les Luxembourgeois, repliés dans leur camp, se  sont contentés d'une seule action dangereuse à la 10è minute de jeu, lorsque  Anthar Yahia suppléa son gardien M'Bolhi lobé par le capitaine Mario Mutsh.  Une seule action qui a a failli se solder par un but !  

Au-delà de cette énième panne de buts, les supporters des fennecs ont tous remarqué que  l’Algérie a du mal à hisser son niveau de jeu. Face à des équipes qui défendent bien, nos joueurs n’arrivent quasiment pas à percuter dangereusement. 

Nos attaquants s’illustrent souvent par leurs transparences. Très peu d’appels en profondeurs, de décrochages, ils n’arrivent que rarement à écarter le jeu et à créer des espaces. Benyamina, annoncé comme le sauveur n’a rien pu faire lui aussi. Evoluant tout seul en pointe durant prés d’une heure de jeu, il est carrément passé à côté de son match.

Mais il aura au moins le mérite de prouver que l’Algérie ne sait jamais bien jouer à chaque fois qu'elle évolue avec un seul attaquant en pointe. Ce système de jeu courtisé par Saâdane a été au bout du compte reconduit par Benchikha.  Et pourtant, tout le monde attendait de ce coach une révolution tactique. Finalement, elle n’a pas eu lieu…  

En prévision des prochains rendez-vous organisés pour le compte des éliminatoires de la CAN-2012, notamment le match incontournable face au Maroc le 25 mars prochain  à Alger, les Fennecs n’ont nullement rassuré après le coup de sifflet final de cette rencontre amicale disputée au Luxembourg.  

Source El Watan Abderrahmane Semmar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires