Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 15:55

Halilhodzic: « Le football algérien est malade »

Vahid Halilhodzic

 

Le sélectionneur national Vahid Halilhodzic a dressé un tableau noir du football algérien. S’appuyant sur les désillusions de l’équipe nationale A et celle des U20 en compétition continentale, le Bosnien est allé jusqu’à qualifier le football algérien de malade.

« Votre football n’est pas en bonne santé. Les résultats des sélections nationales en témoignent. Après l’équipe première éliminée dès le premier tour en phase finale de la CAN en Afrique du sud, c’est au tour des moins de 20 ans de quitter la coupe d’Afrique. S’y ajoutent les contre-performances des autres catégories. Il faudra se poser la question sur ces résultats négatifs. Les responsables se doivent de pencher sur l’enchaînement des désillusions. En termes plus clairs, le football algérien est bien malade », estime le patron de la barre technique des Verts en conférence de presse animée, hier, au stade 5-Juillet. Poussant plus loin son constat accablant, le technicien bosnien tente d’impliquer les médias qui, selon lui, trompent l’opinion publique en lui faisant croire que l’équipe algérienne dispose de joueurs de haut niveau. « C’est faux ! », martèle-t-il avant d’expliquer : « Je suis étonné de lire dans la presse que le joueur algérien jouit d’un niveau exceptionnel. La réalité du terrain l’infirme. Ce ne sont, en fin de compte, que des joueurs loin du niveau mondial. Nous n’avons pas de joueurs tels Drogba, Adebayor ou encore Eto’o. Je vais être franc, la sélection algérienne n’est pas une grande équipe. Quand je disais une élimination au première tour en CAN n’allait pas m’étonner, vous m’aviez critiqué. Je savais ce que je disais. Nous n’avons pas de joueurs qui font parler d’eux en Ligue des champions ou dans d’autres compétitions de haut niveau ».

« Il faut gagner contre le Bénin »

Le conférencier abordera, ensuite, le match des Verts contre le Bénin ce mardi (20h30) au stade Tchaker de Blida. Un match capital dans la mesure où les coéquipiers de Sofiane Feghouli sont tenus par l’obligation du résultat s’ils veulent conserver leurs chances de qualification au Mondial brésilien. « Après cette élimination des U20, j’attends une réaction de mon équipe. J’attends voir sur le terrain des joueurs beaucoup plus combatifs, appliqués et acharnés. Je demande la victoire, il n’y a que les trois points pour nous relancer dans cette campagne qualificative », observera coach Vahid selon qui, « le Bénin n’est pas un adversaire facile. Il n’y a plus de petites ou de grandes équipes. Les nations africaines évoluent rapidement et progressent. Me parler de la défection de Sessegnon, un bon joueur du reste, ne m’intéresse pas. Le Bénin est leader du groupe, un adversaire coriace. Cela ne va pas être une mission facile, mais je veux cette victoire », souligne l’ancien entraîneur des Eléphants ivoiriens, tout en espérant que les nouveaux appelés (Brahimi, Taïder et Ghilas) apportent le plus escompté surtout sur le plan offensif.

« Rien que la discipline »

Le dossier de la discipline a été, par ailleurs, évoqué par Halilhodzic. Tout en infirmant « l’existence d’une rébellion dans le groupe », mettant surtout l’accent sur « la bonne ambiance qui y règne », l’entraîneur national affirme être déterminé à faire régner la discipline. « L’équipe nationale est au-dessus de tout le monde. Le maillot doit être respecté. Je ne permettrai à personne de toucher à la stabilité de l’équipe », a-t-il averti avant de revenir avec plus de détails sur les cas Boudebouz, Bouazza et Cadamuro qui ont été sanctionnés par le coach. « Lors de la CAN, je n’ai pas aimé le comportement de Bouazza et de Cadamuro. La femme de chambre a découvert la chicha. Je ne peux tolérer ça. Prenez le cas du joueur du championnat d’Algérie suspendu pour dopage. Le concerné a consommé la chicha. Et puis cessez de véhiculer des images de joueurs amoureux des couleurs nationales, mais en réalité cela ne se voit pas. Vous ignorez beaucoup de choses, mais je ne peux les critiquer devant la presse. Cadamuro parle de blessure, mais il ne vient pas à Alger pour un contrôle. Pourquoi Mesbah est là malgré sa blessure ? Maintenant, je sais quoi faire. Personne n’est au-dessus des couleurs de l’emblème algérien », dira-t-il, non sans préciser que « leur mise à l’écart n’est pas définitive ». Vahid n’a pas été également tendre avec Ishak Belfodil qui aurait conditionné sa venue par un poste de titulaire. « Il n’y pas de titulaire indiscutable. Il a demandé de réfléchie sur la question, moi aussi je réfléchis », dira Halilhodzic. Décodé, les propos de dernier laissent croire que l’attaquant de Parme ne sera pas convoqué dans le proche avenir.

Source Horizons Kamel Yamine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires