Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 05:09

Algérie –  Football - Après Algérie – Gabon : Dure la phase transitoire !

algerie gabon

 

Pas du tout convaincante. C’est le moins qu’on puisse dire sur l’équipe nationale après son match amical disputé mercredi dernier face au Gabon.

Une défaite et une sélection complètement dépassée par les événements. C’est vrai que la rencontre coïncidait avec le manque de compétition, les absences de taille qui ont pesé lourd dans la balance. Ceci dit, il n’y avait pas un strict minimum de football sur le terrain. Pour le match, on peut dire que le Gabon pouvait  engranger une victoire historique si ses attaquants avaient conclu les opportunités qu’ils se sont créées. En outre, les visiteurs ont donné, par leur détermination, beaucoup d’importance au test. Ils savent qu’un succès a toujours ses répercussions positives sur le moral des troupes.
Une créativité avec des occasions qui ont débouché d’une vraie stratégie de jeu. Par contre, les Verts ont pratiquement raté leur retour devant leur public. Ce dernier était en effervescence, en crachant sa colère sur le sélectionneur national, le culpabilisant de ce qu’ils ont vu. Avec un onze relooké, les coéquipiers de Mbolhi ont trouvé beaucoup de difficultés à dicter leur cadence. En alignant le duo Ghezzal-Djebbour en attaque dans le first half, il n’y a pas eu une tentative au vrai sens du terme. Trop de balles ont été balancées inutilement par le milieu de terrain.
Outre ces lacunes, le staff technique gabonais a détecté une faille côté gauche algérien. Il y avait un grand problème de couverture, avec Belhadj qui dégarnissait son couloir. La facture a été payée avec les débordements répétés de Couzin et consorts. Défensivement, il y avait une triplette inédite, avec Mesbah au centre, en l’absence de Halliche et Antar. Medjani qui était à sa première titularisation, a fait de son mieux pour limiter les dégâts.
Cependant, il y avait trop de déchets pour qu’un ou deux joueurs puissent les couvrir. En seconde période, un attaquant supplémentaire a été aligné en pointe, en l’occurrence Ziaya. Alors que Ghezzal et Djebbour ont assumé le rôle d’ailiers. Le premier à droite et le second à gauche. Une légère amélioration dans le jeu. Toutefois, ni l’art, ni la manière n’ont caractérisé le jeu algérien. L’EN a quand même pu chasser la guigne qui la poursuivait depuis sept matches, en inscrivant un but par Djebbour. Un réveil qui n’a pas été enchaîné par un autre bon coup. En somme, une sortie porteuse d’inquiétudes à trois semaines du premier duel des éliminatoires de la CAN 2012 face à la Tanzanie. Une confrontation qui s’annonce d’ores et déjà laborieuse au vu de la production fournie par les poulains du duo Saâdane-Djelloul. Place maintenant à la révision générale. Mettre en place un système de jeu clair, ce qui donnera certainement une ligne offensive percutante. Le premier pas vers le Gabon et la Guinée Equatoriale devra être fait le 3 septembre, pas après.

Source Horizons Adel K.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires