Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:10

Algérie - Le projet a été lancé dans la précipitation : Cafouillage autour du professionnalisme

football-professionalisme.jpg

Annoncé en grande pompe par les responsables du football national, en mars dernier, suite à une réunion interministérielle, élargie aux responsables de la Fédération algérienne de football (FAF), le passage au professionnalisme et la mise sur pied du premier championnat de football professionnel en Algérie sont actuellement la priorité de la FAF et même du gouvernement. Une priorité dont les contours demeurent des plus flous à moins d’un mois de la date butoir du 30 juin.

Date fixée par les responsables du football national pour le dépôt des dossiers par les clubs pour approbation par la commission de licences de clubs de la FIFA, chargée de les examiner et de donner par la suite son quitus aux clubs qui répondront aux normes exigées, à prendre part au premier championnat professionnel de football, fixé pour le mois de septembre prochain.

Un grand projet, au demeurant révolutionnaire pour le sport roi en Algérie, avec l’apport que comptent apporter les pouvoirs publics, avec une batterie de mesures en termes de financement (10 milliards de centimes d’aide pour chaque club professionnel) et d’infrastructures (des assiettes pour l’aménagement de terrains) qui vont dans le sens du passage au professionnalisme, sans toutefois soumettre une stratégie bien définie et une feuille de route bien précise, avec les règles et le cahier des charges soumis à nos clubs, appelés à quitter leur habit de formation amateur à celui de société commerciale et professionnelle éligible pour prendre justement part à ce premier championnat professionnel, laissant ainsi la question du comment de ce passage au professionnalisme dans un flou total. Dans cette perspective, la Fédération algérienne de football, lors de sa première réunion avec les présidents de club, le 6 mai dernier, avait donné les orientations aux formations de l’élite et de la D2, de se constituer en sociétés commerciales et préparer leurs dossiers pour le passage au professionnalisme.

Le flou

A partir de là, plusieurs clubs ont tenu des AG extraordinaires pour leur changement de statut et c’est là que les premières embûches apparaissent, notamment pour les clubs de D2, qui se sont retrouvés dans un premier temps exclus de ce premier championnat, après un communiqué laconique publié par les instances footballistiques à l’issue du bureau fédéral tenu mardi dernier, et le premier cafouillage de M. Mecherara qui lancera mercredi aux responsables des clubs qu’il n’était même pas au courant dudit communiqué, qui avait fixé la composante des trois groupes qui animeront le championnat de D2 de la saison prochaine, les excluant de facto du passage au professionnalisme. Une première bourde, corrigée dès le lendemain jeudi, par la FAF, à travers un autre communiqué laconique à l’intention des clubs qui étaient en D2 durant la saison 2009/2010 qu’« ils sont éligibles au professionnalisme », en précisant qu’« il appartient à ces clubs de se transformer en SPA et de répondre aux exigences demandées, notamment celles concernant les critères de la licence FIFA des clubs ».

Un point où résident toute la cacophonie et le flou de ce passage annoncé au professionnalisme. En effet, à 24 jours du délai fixé pour le dépôt desdits dossiers, aucun texte de loi ni directives n’ont encore vu le jour à ce propos pour gérer ce championnat professionnel, au moment où les rares directives annoncées à travers un communiqué de la LNF, il y a deux semaines, a vite fait de disparaître étrangement du site de l’instance footballistique, sans parler de la grande énigme qu’est le cahier des charges auquel devront se soumettre nos clubs et toujours pas de communiqué. Idem pour le statut du joueur professionnel et sur cette ligue professionnelle qui aura à gérer la compétition professionnelle qui demeure un secret de Polichinelle, pour la simple raison qu’aucun projet digne de ce nom avec une réelle stratégie n’a été préparé pour la mise en œuvre de ce championnat. Une situation qui pousse à se demander si la FAF et la LNF sont les véritables pilotes de ce chantier de la professionnalisation du football, eux qui semblent naviguer à vue et tête baissée, alors que certaines indiscrétions expliquent que le MJS, de son côté, serait en train de préparer une batterie de textes et de décrets, dans la mesure où la mise en œuvre de ce projet émane, à son origine, des pouvoirs publics. Un passage au professionnalisme dont les contours sont loin d’être définis, avec le grand cafouillage dans lequel ne cessent de patauger les responsables du football national, qui semblent avoir été pris de court et forcés de passer au professionnalisme, comme exigé par la FIFA et la CAF avec cette peur de voir nos clubs, privés de compétition interclubs avec leur statut actuel.Le championnat professionnel lancé dans la précipitation, sans que personne entrevoit son aboutissement, reste l’une des grandes interrogations à l’approche de cette date butoir du 30 juin au moment où les bureaux de la FAF et de la LNF connaîtront une vacance déconcertante avec tout ce beau monde qui est préoccupé par la sélection et le Mondial sud-africain.

Source El Watan  T.A.S.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


C'est comme certaines réforme chez nous...



Répondre
L


Salut Michel,


Tu as raison....Mais pour moi c'était quelque chose d'inattendu et que j'ai trouvé 
pour le moins un peu précipité


Car dans la presse, à part ce mois dernier on n'en n'a parlé que très peu


Ici tu sais on en cause beaucoup d'abord...Ce qui ne semble pas être le cas pour cette
tentative de réforme


Aditiasts


Henri