Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:17

«Gagner à Bangui»

algerie CAN 2010

 

Le jeune Indépendant : Rafik, comment s’est déroulé ce premier contact avec le nouveau sélectionneur ?

Rafik Djebbour : Franchement bien, c’est quelqu’un dont je connaissais le caractère qu’il a affiné par la finesse en ayant un bon discours. Il est en train de gagner le cœur de tout le monde, il faudra juste traduire cela sur le terrain.

La sélection est en plein stage de préparation du match contre la République centrafricaine, comment êtes-vous en train de préparer cette sortie ?

On est prêt pour ce challenge et on se donne les moyens afin d’être une grande nation africaine de football après notre participation au Mondial en démontrant lors de ce premier match à l’extérieur que nous méritons ce titre de grande équipe du continent.

Ne vous sentez-vous pas sous pression après le semi-échec de la première journée face à la Tanzanie ?

On a toujours la pression quand on est footballeur, donc on ne la ressent pas plus que face à la Tanzanie. C’était une rencontre que nous avons disputée dans des conditions spéciales avec le ramadan et tout juste en début de saison. Aujourd’hui, c’est différent, puisque nous sommes prêts physiquement avec l’enchaînement des matchs avec nos clubs respectifs ; ce sera un tout autre match. Bien sûr, il y aura ces conditions africaines mais à nous de faire preuve de sérénité et de répondre aux attentes en remportant la victoire ou en faisant au moins match nul.

Donc, vous ne pensez pas que la victoire est obligatoire et vous pouvez vous contenter d’un nul ?

Vous savez, on part toujours avec l’objectif de gagner, mais beaucoup de choses peuvent se produire durant un match et on l’a vu contre la Tanzanie avec une domination totale mais sans pouvoir remporter la rencontre. Mais c’est sûr que nous allons nous battre pour remporter cette victoire.

Comment voyez-vous cette équipe centrafricaine qui a réussi un excellent nul au Maroc lors de sa première sortie ?

C’est clair qu’au vu de ce résultat que l’adversaire est à prendre au sérieux, mais le Maroc était dans les mêmes conditions que notre équipe nationale avec la transition du ramadan et du début de saison. Dimanche, ce sera un autre match avec des conditions différentes.

Vous collectionnez les buts en championnat, espérez-vous avoir la même réussite avec
la sélection dès cette prochaine sortie ?

On ne peut pas comparer le football qu’il y a en équipe nationale et en club. Nous avons un nouvel entraîneur, un nouveau projet et surtout une nouvelle vision du football qui sera, incha’Allah, favorable aux attaquants.

Le coach veut nous mettre dans de bonnes conditions pour qu’on cesse de blâmer les attaquants.

Que tout le monde se remette au boulot car une équipe, c’est un tout et pas seulement les attaquants. Ce n’est qu’ensemble qu’on pourra régler ce souci d’inefficacité

Source Le Jeune indépendant Khaled A.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires