Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 07:00

Algérie – France - Alain Juppé à Alger: Libye, politique et business au menu

Alain Juppe

 

Le chef de la diplomatie françai se Alain Juppé, attendu demain à Alger pour une visite de deux jours, devrait entendre au moins de vive voix la position de l'Algérie autant vis-à-vis de la crise libyenne, que de la situation en Tunisie et plus globalement du Printemps arabe. Certes, cette visite de Juppé à Alger a beaucoup de points positifs pour les deux pays, mais elle aura certainement un penchant franc vers un échange de points de vue sur ce qu'il faut faire pour aider le peuple libyen à sortir indemne de l'impasse politique actuelle. Et, selon certains échos, comment ménager une porte de sortie honorable pour Mouammar Kadhafi. Beaucoup d'observateurs estiment ainsi que la visite du ministre français des Affaires étrangères, la dernière étant de Bernard Kouchner et remontant à mai 2008, sera particulièrement axée sur les différents moyens de gérer la crise libyenne, d'autant que Paris a toujours voulu, sans l'avoir pour le moment, le soutien algérien dans sa campagne anti-Kadhafi.
L'Algérie a même été à un moment accusée de recruter des mercenaires au profit de Tripoli, alors que Paris, a dirigé le «bal» avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour mener une guerre via l'ONU contre le régime de Kadhafi. A Alger où il rencontrera son homologue Mourad Medelci mercredi et le président Bouteflika ainsi que le Premier ministre Ahmed Ouyahia jeudi, M. Juppé aura de franches discussions autant sur ce dossier libyen qui se dirige vers un bourbier politico-militaire régional, que sur celui, connexe de la Tunisie.
Pour autant, les relations bilatérales seront également l«'autre gros morceau au menu de l'agenda du chef de la diplomatie française en Algérie. Le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, M. Amar Belani, a indiqué que cette visite «s'inscrit dans le cadre du renforcement du dialogue politique entre les deux pays et participe de leur volonté commune d'édifier un partenariat d'exception qui soit à la mesure des liens multiformes qui les unissent en termes d'histoire, de voisinage et de densité des rapports humains». La même source précise que
'au cours de cette visite, les deux hommes aborderont toutes les dimensions de la relation bilatérale et partageront leurs analyses sur les sujets de politique internationale et régionale d'intérêt commun (Libye, processus de paix au Proche-Orient, Sahara occidental, lutte contre le terrorisme, UPM, relations avec l'Union européenne...)». Sur le dossier sahraoui, l'échange de points de vue sera également important, Paris ayant toujours soutenu la position d'une des deux parties au conflit, et ce faisant, a retardé l'ouverture de négociations franches pour la décolonisation de ce territoire. Pour autant, l'embellie entre Alger et Paris intervient en fait dans le sillage de la nomination de l'ex-Premier ministre J.P Raffarin en septembre dernier par le président Sarkozy comme son envoyé spécial pour assainir certains dossiers économiques avec l'Algérie dont la conclusion traînait. De l'autre côté, le président Bouteflika avait chargé M. Mohamed Benmeradi, ministre de l'Industrie, de travailler avec M. Raffarin pour réamorcer le partenariat économique entre les deux pays. La mission des deux responsables a été couronnée de succès fin mai dernier, avec à la clé la signature de plusieurs accords pour d'importants investissements français en Algérie.

Source Le Quotidien d’Oran Yazid Alilat

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires