Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 00:21

«L’Algérie et la France au XXIe siècle»

france-algerie-copie-1

Un colloque bien particulier que celui qui se tiendra samedi 17 décembre à l’Assemblée nationale. L’Organisateur est l’Association France-Algérie, AFA, présidée depuis peu par Jean-Pierre Chevènement. Le thème ? «L’Algérie et la France au XXIe siècle», tout un programme ! Quant aux intervenants, qu’on en juge : d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée, d’anciens Premiers ministres ; des ministres en poste, des opérateurs économiques et des financiers ; des universitaires et ô nouveauté, des hommes de lettres : écrivains, cinéastes et journalistes. Outre cette rencontre, d’autres manifestations sont programmées ces temps-ci en France et beaucoup de va-et-vient entre les deux pays, après une somnolence profonde et qui donne l’impression que quelque chose bouge et à un très haut niveau.
Pour sa première grande sortie en tant que président de l’Association France-Algérie, Jean- Pierre Chevènement frappe bien fort par l’organisation du colloque «l’Algérie et la France au XXIe siècle». Sous cet intitulé, les grandes facettes de la coopération entre les deux pays seront traitées. «Nous avons tant à faire ensemble», c’est par cette intervention que sera introduit le colloque par François Scheer, ancien ambassadeur, notamment de 1984 à 1986 en Algérie et ancien conseiller à Areva. Boualem Sansal lui succédera pour parler de défi de l’avenir pour les deux rives de la Méditerranée. L’économie, la croissance et l’emploi constitueront le premier pavé qui sera vu sous l’angle de l’investissement et l’emploi, traité par, successivement, le président de BNP Algérie, Laurent Dupuch qui est en même temps président des conseillers du commerce extérieur à Alger ; Abderrahmane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque d’Algérie, et le président de Cevital, Issad Rebrab. Le volet énergie sera développé par Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre et ancien responsable de ce secteur en Algérie ; Benoît Richard, directeur de la stratégie à Saint Gobain Solar, et Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat français à l’énergie atomique, CEA. Quel avenir à la coopération culturelle et scientifique entre les deux pays ? A cette question répondront pour ce qui concerne l’enseignement, l’université et la recherche, deux intervenants : Michele Gendreau Massaloux, recteur et conseiller d’Etat honoraire, et du côté algérien, Arezki Saïdani, directeur de la coopération au ministère algérien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Quant à la coopération culturelle, elle sera successivement traitée par Rachid Boudjedra, Yasmina Khadra, Merzak Allouache et Costa Gravas, cinéaste et président de la Cinémathèque française. L’aménagement du territoire et notamment l’urbanisme, les villes, le logement, l’eau et les transports seront développés par Cherif Rahmani, le ministre algérien de l’Aménagement du territoire ; Gérard Mestrallet, président de GDF Suez et Suez Environnement, et Samir Karoum, président d’Alstom Algérie. Audelà de la dimension technique, les organisateurs du colloque ont consacré un volet à sa dimension humaine. Celle-ci ne traitera pas comme attendu a priori de la circulation entre les deux rives, mais se focalisera sur un premier thème relatif à l’identité des deux sociétés et leur projection dans l’avenir, pris en charge par Malek Chebel, philosophe et anthropologue, et l’historien Gilbert Meynier. L’autre thème, le miroir que renvoie les médias de l’Algérie et de la France, sera exposé par Omar Belhouchet, directeur d’ El Watan ; Jean-Pierre Elkabach, journaliste à Europe 1, et le philosophe et écrivain, Régis Debray. Le colloque se termina sur cette grande question : «Quelle géopolitique dans la globalisation ?» Du côté français, c’est l’ancien Premier ministre et chargé de mission pour la dynamisation des relations économiques avec l’Algérie Jean-Pierre Raffarin, et du côté algérien Lakhdar Brahimi qui s’y colleront. Enfin Jean-Pierre Chevènement tirera les conclusions de ce colloque.

Source Le Soir d’Algérie Khadidja Baba-Ahmed
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires