Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:10

Vers l'aboutissement des dossiers en suspens ?

Jean Pierre Raffarin

 

L’envoyé spécial du président français Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, est attendu le 1er février prochain à Alger pour une nouvelle visite de travail d’une journée pour faire avancer le partenariat entre les deux pays. Cette deuxième mission de «Monsieur Algérie» va permettre aux deux pays de poursuivre les discussions autour de plusieurs projets d’investissements français en Algérie, dont essentiellement les trois dossiers : Renault, pour la construction de voitures particulières, Lafarge pour la cimenterie, et Total pour la réalisation d’un vapocraqueur d’éthane. Ces trois «gros dossiers» considérés comme «stratégiques» dans le partenariat franco-algérien n’ont toujours pas été conclus et avancent lentement. Une lenteur beaucoup plus ressentie du côté algérien qui ne voit pas encore l’implantation de projets d’investissement d’envergure en dépit de multiples mesures incitatives à l’endroit des IDE (investissements directs étrangers). Du côté français, selon des sources économiques, ces dernières estiment qu’«il faudrait donner du temps au temps» à ces projets de mûrir. Ainsi, pour ce qui est du dossier Renault, des négociations algériennes ont été organisées en juin dernier avec le constructeur automobile français sur les aspects commerciaux pour produire

150 000 voitures en Algérie, au sujet desquelles Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, avait indiqué qu’elles «avancent bien, mais il reste un certain nombre de questions sur lesquelles les deux parties ne sont pas encore tombées tout à fait d’accord». Soulignant que «nous avons eu cinq ou six rounds de négociations. Nous continuerons à en avoir trois ou quatre avant de dire concrètement que nous avons une usine de fabrication de véhicules Renault en Algérie». Pour sa part, J.P Raffarin avait affirmé, dans un entretien au journal français Le Figaro d’avril dernier, que Paris et Alger ont largement avancé sur le dossier de l’usine Renault. Expliquant qu’«on a beaucoup progressé sur l’usine Renault. La partie industrielle du projet est consensuelle, des rapprochements restent à intervenir pour achever la partie commerciale, en particulier dans les domaines de la distribution et de la politique algérienne de soutien à l’industrie automobile». En outre, concernant le dossier de Lafarge, le cimentier a un projet d’élargissement de son partenariat avec le groupe public GICA, notamment dans le béton prêt à l’emploi. Quant au pétrolier Total Pétrochimie, il s’était entendu avec le groupe public des hydrocarbures Sonatrach notamment pour un projet de vapocraqueur d’éthane à Arzew. Outre ces trois «grands dossiers», les deux parties veulent également investir dans la formation professionnelle en Algérie et mettre en place une filière industrielle en direction de la jeunesse. Ainsi, durant sa visite, et après plusieurs rounds de pourparlers entre Alger et Paris, Monsieur Algérie devrait apporter de nouveaux éléments sur les négociations entre les deux parties qui pourraient faire accélérer les choses entre les deux capitales. Tout porte à croire que l’on verra enfin aboutir au moins un des dossiers sus-cités.

Source Le Jour d’Algérie Lynda Naili Bourebrab

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires