Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 05:19

Un chalenge pour Fadela Amara

Fadela-Amara.jpg

La Franco-Algérienne Fadéla Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, sera aujourd'hui à Alger pour une visite officielle au cours de laquelle elle devrait être reçue par le ministre de l’Environnement, M. Chérif Rahmani, selon un communiqué des services de communication de l’ambassade de France. On apprend également qu’au terme de cette visite, l’envoyée officielle de la France animera une conférence de presse.

A la veille du premier remaniement lourd en France où Fillon fait figure de premier favori à Matignon (contrairement à ce que l'on pensait), beaucoup de questions peuvent se poser sur la nature de cette visite. La Franco-Algérienne a-t-elle été appelée à relever un quelconque challenge vis-à-vis des Algériens en contrepartie d’un poste conséquent dans le prochain gouvernement.?

Depuis sa nomination au gouvernement Fillon, cette fille d’immigré algérien a toujours adopté des positions similaires aux propos des voix officielles algériennes concernant les quelques différends d’histoire. Des sujets qui ont fait polémique.

En visite officielle en Algérie, en 2007, Fadéla Amara déclarait lors d’une conférence de presse à Alger : «Personnellement, je ne suis ni pour l’oubli ni pour la repentance. Je souhaite que la France reconnaisse qu’en Algérie des exactions ont été commises.»

Au même moment, à Paris, Mourad Medelci affirmait, concernant la repentance, qu’il «fallait laisser faire le temps» tout en orientant les intérêts de l’Algérie sur les investissements et la libre circulation des personnes entre les deux pays.

Trois ans après, comprenant l’enjeu et l’intérêt de la vision algérienne, le prochain gouvernement français a-t-il finalement décidé de tourner la page des «va-t-en-guerre» à la Kouchner et d’aller de l’avant ?

La France l’a bien fait avec la Chine. Une rivale de taille dans le continent africain.

La France, en crise, qui a reçu dernièrement le président chinois, voudrait bien brader un peu de ses Lumières pour sauver sa peau.

Fadéla Amara, cette enfant d’immigré qui connaît les quartiers et les souffrances de la communauté algérienne en France sur le bout des doigts, ne serait-elle pas dans ce cas l’interprétation d’une reconnaissance française et la promesse d’un autre pas vers l’avant ?

On en saura un peu plus demain.

Source Le Jeune Indépendant Samir Méhalla

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires