Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:46

Pour qui voteront les 4 millions de musulmans?

rdboubekeur

 

Le président du Conseil français du culte musulman a estimé que la pagGe doit être tournée après les propos tenus par le ministre français de l'Intérieur, mais il n'a pas donné de consigne de vote.

Une bouffée d'oxygène pour l'ex-secrétaire général de l'Elysée qui est parti à la chasse des voix tant convoitées de l'extrême droite et qui devraient tomber, en majorité et naturellement, dans l'escarcelle du Front national.
Et les voix des millions de musulmans de France, sur qui se reporteront-elles? Le président du Cfcm qui s'est contenté de dire sur les ondes d'Europe1 que «la polémique est close», n'a pas non plus donné de consigne de vote. «La polémique ne sert personne. Nous n'avons pas souhaité la nourrir. Effectivement, les propos ont suscité un emballement médiatique», a déclaré Moham-med Moussaoui qui avait demandé au ministre chargé des Cultes, à travers un courrier qu'il lui avait adressé, lundi, de l'assurer que la religion musulmane n'était pas ciblée par ses propos. «Nombre de nos concitoyens de confession musulmane se sont sentis visés par ces déclarations et nous l'ont fait savoir» a-t-il écrit pour justifier sa requête. «Nous l'avons saisi avec le respect et la considération qui sont dus à un ministre de la République mais aussi avec l'exigence imposée au Conseil français du culte musulman de par sa responsabilité, sa mission», a expliqué le président du Cfcm pour justifier sa démarche. «Mon propos de bon sens et d'évidence ne visait aucune culture en particulier, ni nos concitoyens de confession musulmane qui respectent et adhèrent pleinement aux valeurs de la République, et dont la République respecte et protège les croyances», avait souligné, mardi, le premier policier de France dans un courrier destiné au Conseil français du culte musulman (Cfcm) après avoir déclaré, le 4 février, que «toutes les civilisations ne se valent pas».
Apparemment, cela a suffi à éteindre l'incendie. Faut-il cependant penser que la majorité des voix du «vote musulman» lui est, pour autant, acquise? Le président du Cfcm qui s'est exprimé, le 9 février, sur les ondes de la radio française Europe 1 a confié qu'aucune consigne n'a été donnée par son institution pour le rendez-vous de l'élection présidentielle de 2012. «Ce n'est pas dans mes prérogatives», a-t-il indiqué. Les musulmans de France qui ont vécu des moments particulièrement difficiles ces dernières années (débat sur la laïcité, sur l'identité française, le port du voile...) se sont sentis stigmatisés.
Les propos de Claude Guéant sont venus rajouter un plus d'huile sur le feu. Les musulmans de France pourraient s'en souvenir le moment venu. Selon les statistiques ils représenteraient un réservoir électoral de 4 millions de voix.
Nicolas Sarkozy, en perte de vitesse dans les sondages et donné battu par François Hollande, le candidat socialiste, les courtise. Certains indices permettent cependant de penser que courir deux lièvres à la fois, peut être un exercice périlleux. Tenter de récupérer l'électorat lepéniste en tenant des discours qui stigmatisent les électeurs musulmans peut coûter cher et susciter des réactions violentes au sein du parti de la majorité présidentielle. Les exemples existent. Exaspéré par le débat sur la place de l'Islam en France, Abdallah Zekri, responsable de section de l'UMP dans le Gard (30), président de la fédération régionale du sud-ouest de la Grande mosquée de Paris et chargé de mission au sein du Conseil français du culte musulman (Cfcm) avait déchiré sa carte, le 10 mars 2011, en appelant «tous les musulmans de l'UMP» à en faire de même: «On ne peut pas être dans un parti qui nous stigmatise et nous attaque en permanence.» L'ex-conseiller du président de la République française en charge de la diversité, Abderrahmane Dahmane a, quant à lui, appelé les musulmans «à voter massivement contre l'UMP, à commencer par les élections cantonales» indiquant que Nicolas Sarkozy «s'est définitivement coupé de la communauté musulmane» et que «l'UMP est vraiment devenue la peste des musulmans». De quel côté se rangeront les électeurs concernés? Les voix des musulmans se répartissent sur tout l'échiquier politique et ne forment pas un «bloc électoral» uni, mais les jeunes votent plus à gauche qu'à droite, a fait constater le politologue Pascal Perrineau. La multiplication des sorties médiatiques dénigrant leur communauté peuvent amplifier cette tendance.

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires