Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 06:30

Algérie - France - “Je t’aime, moi non plus”

france algerie

 

Pour Pierre Lellouche, secrétaire d’État français au commerce, “ceux qui regardent dans le rétroviseur se trompent de direction. Et c’est trop souvent le cas dans la relation franco-algérienne… Une nouvelle page est entrain de s’ouvrir”.
Abdelmadjid Bouzidi, professeur d’économie et ancien conseiller à la présidence de la République chargé des questions économiques, dans une réflexion sur les relations entre les deux pays, intitulée “Enfin le gagnant- gagnant ?” s’est interrogé : “Est-ce enfin le vrai départ ?” Question dont la gravité, s’il en faut, se justifie par les nombreuses tergiversations, dans un passé récent, de la partie française qui ne voulait voir en notre pays qu’un débouché commercial pour écouler ses marchandises.

La levée de boucliers !
La réaction de la France et notamment celle des responsables du port de la ville de Marseille – dont le courroux ne pouvait s’expliquer que par des “atavismes néocoloniaux” de l’ancienne puissance occupante – après l’adoption des mesures contenues dans la loi de finances complémentaire 2009, avaient fait réagir Ouyahia qui avait qualifié ces décisions de légitimes et relevant de la souveraineté nationale, en réponse à la levée de boucliers observée sur la rive nord de la Méditerranée.
Au même moment, anticipant sur les conséquences de telles réactions au niveau des autorités algériennes, Laurence Parisot, présidente du Medef lors de sa visite à Alger en novembre 2009, avait déclaré : “L’Algérie est un pays riche, présentant d’énormes potentialités pour les firmes françaises. Nous avons l’ambition d’y rester le premier investisseur.”
L’heure du pragmatisme ou le début du dégel ?
En vérité, le gouvernement français, prenant la mesure de l’importance du marché algérien, et constatant l’érosion de la part de ses entreprises sur ce même marché – qui est passée de 25% il y a de cela quelques années, à 15% aujourd’hui –, du fait notamment de la rude concurrence qui les oppose à d’autres puissances et aux pays émergeants, tels que la Chine et la Turquie, s’est rendu à l’évidence et revoie sa stratégie en direction de notre pays. “La donne a radicalement changé et le mythe de la chasse gardée du marché captif ou du marché facile est finie… La concurrence n’est plus seulement allemande, américaine ou italienne. Elle est aussi chinoise, coréenne et turque ; elle est efficace et sans complexe.” C’est en ces termes que Pierre Lellouche s’est adressé aux 200 patrons français, venus en force, assister au Forum économique algéro-français sur les PME, qui s’est tenu du 30 au 31 mai à Alger. Cette rencontre, coprésidée par Mohamed Benmeradi et Jean-Pierre Raffarin, respectivement ministre algérien de l’Industrie de la PME et de la Promotion de l’investissement et ancien Premier ministre français et néanmoins, influent homme politique au sein de la majorité parlementaire de son pays, chargé du suivi de la coopération économique entre l’Algérie et la France, a regroupé environ 700 PME dont 500 algériennes et 200 françaises et a suscité plus de 4 000 rendez- vous d’affaires entre les entreprises des deux pays.

L’ombre du lobby anti-algérien
Dans son allocution lors de ce forum, Raffarin a déclaré entre autre réflexions : “Le défi auquel nous faisons face, c’est de créer au niveau local des emplois pour que les populations puissent trouver leur épanouissement chez elles”. Voilà qui est dit ! Que les Algériens restent chez eux ! Cette approche ne peut-elle pas, somme toute, être interprétée comme un compromis en direction des lobbys anti-algériens ? Interprétation vite dissipée pourrions-nous dire par Pierre Lellouche “La relation de cœur profonde et la solidarité qui lient les deux pays en dépit de toutes les difficultés et de ce que l’on peut entendre ici et là”, c’est là, un aveu du secrétaire d’État français au commerce qui découvre subitement une amitié avec les Algériens. Ce qui ne le n’a pas empêché, au même moment et dans les mêmes lieux, de recouvrer sa vraie nature, pour riposter à une question des journalistes à propos des déclarations de Kouchner sur la génération de Novembre 54 : “La plupart des jeunes dans nos pays sont nés après 62. Ce qui doit nous occuper, c’est l’avenir. On ne va pas rejouer les guerres et les douleurs du passé. Je le crois vraiment… Le monde est en train de changer vite, avec l’émergence de nouvelles puissances. Les liens entre l’Afrique et l’Europe, ont une signification complètement différente par rapport au XXIe siècle. Notre intérêt c’est de regarder ensemble vers l’avenir dans le respect mutuel sans faire l’impasse sur ce qui s’est passé. Il ne s’agit pas d’oublier.” Oui, monsieur Lellouche, il ne s’agit pas d’oublier ! Les Algériens sont d’accord avec ce que vous affirmez, si par ailleurs, vous manifestez l’audace et le courage politique de reconnaître la part de votre responsabilité historique dans ce qui arrive aux jeunes Maghrébins d’aujourd’hui. Alors tout sera possible et nos deux peuples construiront, dans leurs intérêts mutuels, des relations apaisées au-delà des seules préoccupations économiques.

La France, premier fournisseur et deuxième client de l’Algérie
Il faut rappeler tout de même, que bien qu’ayant perdu des parts sur le marché algérien, la France demeure notre premier fournisseur avec près de 6 milliards de dollars et notre quatrième client avec 4,5 milliards de dollars en 2O10 selon les chiffres des douanes algériennes. En outre, les statistiques avancées lors de ce forum par Ubifrance, évaluent les IDE français en Algérie à 2,5 milliards d’euros ce qui fait de ce pays le premier investisseur hors hydrocarbures et le deuxième tous secteurs confondus derrière les USA.

Source Liberté A.Hamma

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires