Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 16:00

On leur exige une déclaration sur l’honneur

passeport biometrique

Désormais, tout commerçant ou industriel doit remplir une attestation sur l’honneur pour l’obtention du visa pour la France.

L’attestation sur l’honneur exigée aux opérateurs économiques algériens pour l’obtention du visa suscite l’indignation. «Il y a des choses qui ne sont pas normales», assure Ali Hamani, président de l’Association des producteurs algériens de boissons.

Les commerçants et les industriels désireux d’obtenir un visa d’affaires pour la France doivent, conformément au nouveau dispositif, certifier qu’ils n’auront pas l’intention de «déposer une demande de carte de séjour en préfecture ni de tenter d’obtenir indûment des prestations sociales», lit-on dans un entretien de Michel Dejaegher, consul général de France à Alger, publié sur le site du consulat général en novembre dernier. «Il appartient aux représentants de l’Etat algérien d’appliquer la réciprocité», insiste M.Hamani.

Des opérateurs économiques algériens voient en cette nouvelle disposition, une énième restriction instaurée par le gouvernement français, répercutée par son consulat général à Alger. Une démarche commune adoptée par l’ensemble des opérateurs économiques algériens vis-à-vis des sociétés françaises serait, selon Ali Hamani, nécessaire et même indispensable. «Les opérateurs économiques doivent faire pression sur leurs collègues», a-t-il expliqué. Réda Hamiani, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) déplore, quant à lui, l’absence de facilités dans l’obtention de visa avec les nouvelles formalités. Pour les hommes d’affaires, qui doivent se déplacer fréquemment pour de courtes durées à l’étranger, leur travail l’exige, rappelle M.Hamiani. Ces dernières mesures ne sont pas de nature à faciliter leur travail.

Selon Boualem Merrakech, président de la Confédération algérienne du patronat (CAP), cette démarche est à contre-courant du discours politique qui place le développement des relations économiques et commerciales entre Alger et Paris parmi les priorités. Cependant, ce dernier a précisé qu’il s’agit avant tout d’une décision liée à la souveraineté. «Lorsque les échanges entrepreneuriaux augmentent c’est le renforcement et l’approfondissement des relations qui augmentent.

Il est primordial pour cela que les acteurs économiques bénéficient d’une attention particulière dans la délivrance de visa», fait-il observer.

Source L’Expression Hadjer Guenanfa

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires