Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 11:33

L’ambassadeur de France admet que l’affaire Hasseni était un facteur de blocage

hasseni.jpg

 

Le diplomate français estime que “les trois derniers mois, il y a eu un certain nombre d’étapes importantes” qui font qu’aujourd’hui, l’on peut “espérer qu’il y ait un nouveau rythme dans les relations algéro-françaises”.

Les relations entre l’Algérie et la France pourraient connaître une nouvelle impulsion après plus de deux années de crispation. C’est du moins ce qu’a laissé entendre, hier, l’ambassadeur de France à Alger, M. Xavier Driencourt, lors d’un petit-déjeuner avec quelques journalistes. La visite du secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, reçu par le premier ministre, puis par le président de la république, la visite du chef de l’État à Nice, le non-lieu dans l’affaire du diplomate Mohamed-Ziane Hasseni et récemment la désignation de l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin pour coordonner les questions économiques semblent avoir apaisé les tensions entre les deux pays. “Aujourd’hui, ont peut dire, on peut souhaiter, on peut espérer qu’il y ait une nouvelle étape dans les relations algéro-françaises”, a indiqué l’ambassadeur. Le diplomate français estime que “les trois derniers mois, il y a eu un certain nombre d’étapes importantes” qui font qu’aujourd’hui, l’on “peut espérer qu’il y ait un nouveau développement, un nouveau rythme dans les relations algéro-françaises”. Dans cette dynamique de détente,
M. Xavier Driencourt annonce la visite de la secrétaire d'État français chargée du Commerce extérieur, mme Anne-Marie Idrac, dès la fin de la semaine. Mme Anne-Marie Idrac, qui sera accompagnée d’une délégation d’hommes d’affaires, viendra aussi préparer la venue, avant la fin de l’année, en Algérie, de Jean-Pierre Raffarin. L’ambassadeur de France a évoqué, aussi, la visite, la semaine prochaine, de Jean-Pierre Chevènement, “un ami de l’Algérie”. M. Chevènement animera deux conférences autour du thème “République, laïcité et religions”, à Oran et à Alger. “Il faut retrouver un nouveau rythme dans nos relations bilatérales”, a souhaité l’ambassadeur de France. Le non-lieu de Hasseni est un élément important de ce nouveau rythme.

Précisons sur la mission de M. Jean-Pierre Raffarin.
M. Jean-Pierre Raffarin n’est pas “monsieur Algérie” ; sa mission est de “coordonner les relations économiques franco-algériennes ainsi que le développement des investissements français en Algérie et algériens en France”, a précisé l’ambassadeur de France à Alger. M. Xavier Driencourt a indiqué que, lors de la rencontre entre le premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le secrétaire général de l’Élysée, “a eu l’idée de dire que peut-être ce serait bien si du côté français, et peut-être du côté algérien, on pouvait nommer une personnalité chargée de coordonner les différents projets économiques de part et d’autre”. L’ambassadeur a indiqué que la rencontre entre Ouyahia et Claude Guéant a “beaucoup porté sur les questions économiques”. “Je pense que c’est une priorité du premier ministre. Ils ont parlé de projets de développement français en Algérie, de la loi de finances…”, a relevé M. Xavier Driencourt. Ils se sont accordés sur l’opportunité de confier de part et d’autre le suivi de ces relations à une personnalité de haut niveau, dont le rôle serait notamment de coordonner la coopération économique franco-algérienne ainsi que le développement des investissements français en Algérie et algériens en France. “C’est une mission à caractère économique. La presse a dit que
M. Raffarin va être chargée de relancer les relations franco-algériennes, d’être Monsieur Algérie. Ce n’est pas cela qui est dans l’esprit français et dans l’esprit des algériens”, a souligné l’ambassadeur. “Pour relancer les relations algéro-françaises, vous avez un ambassadeur à Paris et on a un ambassadeur ici. On fait notre travail au quotidien”, a-t-il ajouté. Plus explicite, M. Xavier Driencourt explique que les entreprises françaises n’ont pas toujours accès “au ministre algérien”, M. Raffarin va être un facilitateur, en quelque sorte. Dans cet esprit, l’Algérie aura donc à désigner une personnalité qui serait le vis-à-vis de
M. Raffarin. L’ambassadeur de France indique qu’un certain nombre de projets français en Algérie dans l’industrie pharmaceutique, l’automobile, le ciment, les banques, les assurances, qui datent de plusieurs années, ne se sont pas réalisés en raison de difficultés et d’obstacles. M. Xavier Driencourt souligne que les entreprises françaises sont en Algérie sur la durée. Elles savent que le marché algérien est un marché important. “35 000 emplois directs et
100 000 emplois indirects ont été créés par les entreprises françaises”, a-t-il affirmé. Évoquant le mesure de la loi de finances complémentaire 2010 qui oblige les investisseurs étrangers qui décrochent des marchés de prendre un partenaire algérien, l’ambassadeur de France relève la difficulté de sa mise œuvre. “Le tissu industriel n’est pas très dense. Le nombre d’entreprises dynamiques qui ont des capitaux à même d’investir avec des partenaires étrangers n’est pas considérable”, a-t-noté. Interrogé sur le report de la visite d’État que devait effectuer le président de la république, M. Xavier Driencourt indique que les deux pays ont traversé deux années difficiles, marquées notamment par le dossier Mohamed-Ziane Hasseni. “Je crois que dans l’esprit des algériens ce dossier constituait un obstacle pour une visite d’État”, a estimé l’ambassadeur. Mais au-delà du dossier Mohamed-Ziane Hasseni, une question très sensible pour les algériens, l’ambassadeur évoque des divergences sur la mémoire, le dossier du Sahara occidental, une sensibilité différente sur l’Union pour la Méditerranée. Il y a aussi d’autres affaires judiciaires en cours qui ont heurté les Algériens. Concernant la proposition de loi relative à la “criminalisation de la colonisation”, l’ambassadeur, indique que “si ce texte était voté, cela ne faciliterait pas les relations bilatérales”. “Nous respectons la souveraineté du parlement algérien de voter tel ou tel texte, mais nous restons attentifs à cela”, a-t-il ajouté, estimant que “ce n’est pas le meilleur moyen de mettre de l’huile dans les rouages”. sur les visas, le diplomate indique que le consulat d’Alger a délivré 47 700 visas durant les sept premiers mois de l’année, sur 66 224 visas demandés. L’ambassadeur a relevé une baisse de 10% de demandes de visa.
“Nous n’avons pas payé de rançon”
Évoquant la situation sécuritaire au Sahel, le diplomate indique que le développement d’une zone de non-droit, qui irait de la Mauritanie jusqu’à la Somalie, en englobant le Sahel, est une source de préoccupation importante pour les autorités françaises. M. Xavier Driencourt affirme que son pays reconnaît le rôle de leadership que doit jouer l’Algérie dans cette région. “Nous avons pris note des différents efforts faits par l’Algérie”, a ajouté l’ambassadeur, citant la réunion de Tamanrasset l’année dernière et une autre réunion prévue à Alger qui regroupera les États de la région. Interrogé sur le paiement de rançon – un moyen pour renflouer les caisses des terroristes–, M. Xavier Driencourt affirme que son pays n’a pas payé de rançon. “Nous n’avons pas payé de rançon”, a-t-il insisté, indiquant que l’Algérie, préoccupée par ce phénomène, a déposé un projet de loi criminalisant le versement des rançons aux terroristes, à l’ONU.
Questionné si la France soutient l’initiative algérienne, le diplomate français a répondu que son pays “est intéressé par le principe, mais on n’est pas d’accord sur toutes les modalités”.

Source Liberté Meziane Rabhi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires