Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 08:41

Algérie - Sa visite est annoncée par la presse - Que dira Claude Guéant aux Algériens?

 Algerie-attentat.jpg


Le refus des juges français d’accorder le non-lieu au diplomate algérien Hasseni, a été interprété comme une énième provocation.

Un pas en avant, dix pas en arrière. C’est ce qui caractérise les relations tumultueuses entre l’Algérie et la France. Et pourtant, des signes d’apaisement se sont profilés à l’horizon avec la première visite de Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée le 21 février et les déclarations très diplomatiques de M.Mourad Medelci. Mais apparemment sur le terrain, entre les intentions révélées et les faits, le fossé ne cesse de s’élargir.
Au coeur d’une énième polémique autour du diplomate algérien, Mohamed Ziane Hasseni, une information a circulé dans la presse, relative à un nouveau déplacement en Algérie de M.Guéant.
L’information n’est ni confirmée ni infirmée officiellement par la partie française. Mais officieusement, des sources diplomatiques des deux pays ont révélé que l’Elysée a sollicité officiellement il y a quelques jours l’organisation d’un second déplacement du numéro deux de la Présidence française à Alger. Rappelons que durant sa première visite, M.Guéant n’a pas été reçu par le Président Abdelaziz Bouteflika. Il s’est contenté d’une réunion avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia.
Un déplacement qui, au vu de l’évolution de la situation, n’a pas apporté ses fruits. Le refus des juges français d’accorder le non-lieu au diplomate algérien Hasseni, en est la preuve. Certains observateurs l’ont même qualifié de «provocation».
L’Algérie a convoqué mardi l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt et lui a fait part «de la grande surprise et de la profonde préoccupation d’Alger à la suite de cette décision». C’est dire que du côté officiel, cette mesure n’était pas du tout attendue. Si la visite de Guéant venait à être confirmée, des questions s’imposent alors: que vient faire ce diplomate en Algérie? Et quelles réponses donnera-t-il aux officiels algériens? Une autre question: le déplacement de Bernard Kouchner, connu pour ses positions hostiles à l’Algérie, est-il définitivement remis en cause?
Quant au sommet entre le Président Bouteflika et Nicolas Sarkozy, reporté plusieurs fois, il semblerait qu’il n’est point à l’ordre du jour, du moins pour l’avenir proche. L’Algérie a toujours souhaité des pas concrets de la diplomatie française sur plusieurs questions. Il y a tout d’abord la restitution des archives: les deux pays ont signé un accord pour la restitution des archives, mais cet engagement n’est pas totalement respecté par la partie française.
En outre, les négociations sur les effets des essais nucléaires français sur la population du Sud algérien, ainsi que celles sur les accords de 1968, souhaitées par la France, sur les questions de l’émigration patinent...
Le gouvernement algérien n’apprécie pas aussi la critique française concernant sa dernière loi de finances donnant priorité aux «investisseurs nationaux». Les déclarations à chaud du président Sarkozy, avant de se raviser ensuite sur l’affaire des moines de Tibhirine, le flou total dans le traitement du dossier du diplomate algérien Hasseni, les nouvelles mesures pour renforcer la sécurité aérienne seraient la goutte qui a fait déborder le vase. La France a décidé de classer l’Algérie dans la liste des pays à risque, et de soumettre ses citoyens à des fouilles indignes au niveau des aéroports. Malgré le recul des Américains, la France persiste dans sa position.
Les divergences ont pris une telle ampleur que le ministre des Affaires étrangères français, attendu à Alger en janvier, a reporté sa visite pour le mois de février, puis pour une date ultérieure.

Source L’Expression Achira Mammeri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires