Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 05:16

La grande commission parlementaire d’amitié se réunira bientôt à Alger pour débattre des dossiers qui «fâchent».

rapprochement-entre-Alger-et-Paris.jpg

 

C´est le rapprochement entre Alger et Paris. Après le business, place à la politique. La grande commission d´amitié algéro-française se réunira prochainement. Ainsi, cette commission, quelque peu en sommeil, sera officiellement réactivée lors de la prochaine visite qu´effectuera le groupe d´amitié parlementaire français en Algérie avec à sa tête, le président de l´Assemblée nationale française. C´est ce qu´a déclaré le président du groupe parlementaire d´amitié algéro-français, Belkacem Belabbès, lors d´une rencontre avec des parlementaires français tenue hier à l´APN. Ce rendez-vous prévu avant l´été, constitue une occasion pour aplanir les différends ayant grippé les relations entre les deux pays. «Nous allons discuter des différents dossiers qui fâchent», a déclaré M.Belabbès en faisant référence à l´Histoire et la circulation des personnes. Deux questions qui étaient au coeur des débats hier entre les parlementaires des deux rives. Les députés algériens ont mis l´accent sur la reconnaissance des crimes commis par le colonialisme et l´octroi des visas.
Sur la question de l´Histoire, M.Belabbès a estimé qu´il faut prendre cette question avec sagesse et laisser le travail de mémoire aux historiens. «On ne peut pas arrêter de regarder dans le rétroviseur», a-t-il affirmé en mettant l´accent sur la nécessité de contribuer à un partenariat solide. Interrogé sur les lois proposées par les deux Parlements, à savoir la loi du 23 février 2005 et la loi criminalisant le colonialisme, M.Belabbès pense qu´il ne faut pas s´arrêter à ces lois. «Les députés sont libres de faire des propositions», a-t-il expliqué tout en mettant l´accent sur le partenariat gagnant-gagnant. Concernant les visas, le président du groupe d´amitié a fait part des difficultés que rencontrent les députés pour obtenir un titre de séjour. «Une question qui constitue un handicap pour le développement économique», s´accordent à dire les parlementaires français. Le groupe d´amitié a invité l´ambassadeur de France à Alger à débattre de la question de la circulations des personnes. Des questions qui seront au menu de la prochaine réunion entre Abdelaziz Ziari et son homologue français, Bernard Accoyer. Rappelons, que la commission active en conformité avec la volonté politique affichée par les présidents Bouteflika et Sarkozy, qui entendent instaurer un partenariat d´exception entre l´Algérie et la France. Revenant sur le forum Algérie-France tenu avant-hier à l´hôtel Hilton, M.Belabbès l´a qualifié de grand succès. Le nombre des entreprises françaises participant à ce forum démontre que de belles perspectives s´ouvrent à la coopération algéro-française. «Le train est sur rails pour que des relations exceptionnelles soient concrétisées», a-t-il insisté en invitant les Français à investir davantage. De son côté, la vice- présidente du groupe d´amitié, Mme Khiar s´est montrée tout à fait attentive aux préoccupations exprimées par les Algériens. Elle a réitéré la volonté du gouvernement français de renforcer ses relations avec l´Algérie. «Notre sort est lié à la rive Sud de la Méditerranée», a-t-elle déclaré. Les deux parties se sont engagées pour oeuvrer davantage pour baliser le terrain à une véritable amitié. La France semble avoir trouvé la bonne solution pour se rapprocher de l´Algérie. De l´économie pour soigner la politique. Il ne fait pas de doute que la visite du secrétaire d´Etat chargé du Commerce, Pierre Lellouche et l´ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, va contribuer à réchauffer les relations entre les deux pays qui ont traversé une zone de turbulences.

Source L’ExpressionNadia Benakli  

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires