Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 11:26
Une nouvelle chance pour les relations économiques
france-algerie-copie-1 
La première visite officielle en Algérie du Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault est très attendue pour les 16 et 17 décembre dans l'espoir de donner un vrai souffle aux relations algéro-françaises du moins économiques.
La décision de relancer les relations économique algéro-françaises date de l'époque de Sarkozy qui avait désigné Jean-Pierre Raffarin pour mener cette mission mais rien de concret n'a été fait. Cet homme a été reconduit par François Hollande avec une volonté politique plus manifestée par Paris surtout après la signature de la déclaration d'Alger pour renforcer la coopération bilatérale, signée par les présidents Abdelaziz Bouteflika et son homologue français en décembre 2012. Jean-Pierre Raffarin, envoyé spécial du président français pour les relations économiques franco-algériennes, était en Algérie le 2 octobre dernier. Ce déplacement a été suivi de la visite en France du ministre de l'Industrie, Amara Benyounès, en début de mois en cours dans le cadre de la 1re réunion du Comité mixte économique France-Algérie. Mais aucune décision concrète d'investissement n'a été annoncée.  Dans ce contexte, la première visite officielle en Algérie du Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault est très attendue pour les 16 et 17 décembre.
Le responsable français sera accompagné de nombreux ministres, de représentants de grandes entreprises françaises et co-présidera avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, la première réunion, le 16 décem-bre à Alger, du Comité intergouvernemental de haut niveau. Les projets de coopération qui ont été engagés, en termes de partenariat industriel, figurent parmi les points importants qui seront examinés par les deux parties.
Selon des sources diplomatiques françaises à Alger, pas moins de dix ministres français vont accompagner le Premier ministre Ayrault. Ils vont discuter avec leurs homologues algériens des dossiers inhérents à leurs secteurs respectifs.
Ayrault sera aussi accompagné de huit représentants de grands groupes industriels et 40 patrons de petites et moyennes entreprises.
Concrètement, on parle déjà de la mise en place de quatre groupes de travail, économie, coopération et sécurité, Éducation et enseignement et politique, donc, il ne sera pas juste question de l'économie même si ce domaine aura la part du lion puisque les dossiers politiques fâchent toujours.
Dans le cadre économique, ,le Forum des chefs d'entreprise et le MEDEF-International organiseront conjointement une rencontre des entrepreneurs algériens et français le 16 décembre à l'hôtel El Aurassi. «Cette rencontre sera une opportunité de contacts et de discussions pour les chefs d'entreprise autour notamment des thématiques sectorielles suivantes : agro-alimentaire, Infrastructures et énergie, Santé, médicaments, transport, bâtiment et travaux publics, habitat et technologies de l'information et des communications” selon un communiqué du FCE.
Le 17 décembre, le Premier ministre français est attendu pour une visite à Oran où plusieurs projets de partenariat sont initiés, notamment la réalisation du tramway, l'usine Renault et le projet Lafarge. Il est à noter que le sommet entre Ayrault et Sellal intervient dans un climat économique spécifique, caractérisé par le recul des parts de marché de la France sur le marché algérien, sachant qu'elle n'est plus le premier fournisseur de l'Algérie. Désormais, c'est la Chine qui occupe cette place avec 4,95 milliards de dollars, soit 11,98% des importations globales du pays, enregistrés en janvier et septembre derniers. S'agissant de l'investissement, le Qatar est classé premier investisseur en 2013 avec 1 698 millions d'euros, alors qu' en 2012 la France a été le premier investisseur en Algérie avec plus de 321 millions d'euros, selon les chiffres de l'Andi.
Autre dossier  en suspens qui sera discuté entre les deux parties, il s'agit de l'indemnisation des victimes algériennes des essais nucléaires alors que les Français veulent l'indemnisation des Français qui ont laissé leurs biens en Algérie, au lendemain de l'indépendance.
Source Le Jour d’Algérie Nacera Chennafi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires