Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 09:52

Comment l’affaire Hasseni et celle des moines ont pesé sur les relations bilatérales

bouteflika--sarkozy.jpg

Il y a un an, la France entretenait d’excellentes relations avec le Maroc mais entretenait des liens tendus avec l’Algérie, selon un câble de l’ambassade américaine à Paris daté du 8 février 2010 et révélé ce lundi 21 février par WikiLeaks. Les relations entre Paris et Alger étaient « gelées », selon la même source.

Le document américain relate une rencontre avec Cyrille Rogeau, sous‑directeur chargé de l’Afrique du Nord au ministère français des Affaires étrangères. Le diplomate français a employé des mots comme « glaciale », « gelée » ou « plutôt mauvaise » pour décrire la relation entre Alger et Paris. « Tout est bloqué », s’est‑il plaint auprès des Américains.

Selon lui, la cause principale de ce blocage est l’affaire Hasseni, le diplomate algérien arrêté en 2008 à Marseille dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’opposant Ali Mécili. Le diplomate français s’est montré impatient de voir le verdict rendu pour cette affaire. « Le plus tôt sera mieux », a‑t‑il dit.

Autre raison de ce blocage : l’affaire des moines de Tibéhirine. Selon Cyrille Rogeau, le gouvernement algérien reste « très contrarié » par les allégations en France sur l’implication de l’armée algérienne dans la mort des sept religieux chrétiens. Mais, a‑t‑il noté, pour détourner l’attention, le régime algérien attaque souvent la France ou le Maroc. Toutefois, les élites algériennes au pouvoir demeurent « francophiles ». Mais « il faudrait encore une autre génération avant la normalisation », a‑t‑il dit. Une phrase qui rappelle celle de Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères à l’époque, dans laquelle il évoquait l’obstacle de la génération de la guerre en Algérie.

Dans le même câble, Cyrille Rogeau affirme que les Algériens mettent l’accent sur « ce qui ne va pas ». « Pour ces raisons, entre autres, le président algérien Bouteflika n'a pas visité la France depuis l’arrivée du président Sarkozi au pouvoir en 2007. (Ce dernier) n’est pas non plus retourné en Algérie depuis ses deux visites en 2007 », a‑t‑il dit. Le diplomate français doute qu’une visite ait lieu, dans les deux sens, avant la résolution de l’affaire Hasseni.

Seul point positif évoqué par Cyrille Rogeau : la lutte contre le terrorisme. Selon lui, l’Algérie reste un partenaire fiable dans ce domaine. Mais les Algériens refusent systématiquement d’élargir la coopération en matière de lutte contre le terrorisme au‑delà du strict cadre bilatéral. Les Algériens limitent d’ailleurs leurs relations au cadre bilatéral pour avoir un meilleur contrôle sur leur lutte contre le terrorisme, souligne le diplomate français.

Visas, repentance, nucléaire civil… aucune avancée concrète

Un autre câble de l’ambassade US à Paris, daté du 31 juillet 2007 et révélé ce lundi par WikiLeaks, revient sur la visite éclair effectuée en juillet 2007 par le président Sarkozy à Alger. Plusieurs dossiers ont été abordés mais aucune avancée n’a été enregistrée.

Ainsi, sur les visas, Paris a certes allégé les restrictions pour les titulaires de passeports diplomatiques mais a expliqué aux Algériens avoir très peu de marge de manœuvre à cause de ses autres partenaires de Schengen. Le même refus poli a été opposé à la demande algérienne concernant la repentance formulée par les Algériens. Enfin, concernant le nucléaire civil, un diplomate français a reconnu que la France n’a pas poussé loin sa volonté de vendre à l’Algérie des équipements nucléaires civils. Il a évoqué une mauvaise préparation de la visite et un désintérêt algérien pour le dossier.

Source Liberté Samir Allam

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires