Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 06:42

L’Union de wilaya fustige Sidi Saïd patron de l’UGTA

ugta

 

Les travailleurs ont marqué leur mécontentement quant au positionnement de la Centrale syndicale dirigée par Sidi Saïd.

Afin d’exiger une gestion démocratique de la Centrale syndicale, les travailleurs de la wilaya de Béjaïa ont marché hier. Issue de différents secteurs économique et administratif, la force laborieuse de la région a tenu à marquer son mécontentement quant au positionnement de la Centrale syndicale dirigée par Sidi Saïd. Les travailleurs de Béjaïa auraient aimé que leur structure syndicale s’implique davantage dans la lutte des travailleurs pour l’amélioration de leurs conditions de travail par des engagements autrement plus significatifs. Les slogans brandis pour la circonstance tendent à dénoncer une Centrale syndicale moribonde. Le Sete-Ugta, qui a appelé à deux jours de grève, les 27 et 28 avril derniers, a emboîté le pas à l’Union de wilaya pour dénoncer la confiscation et le verrouillage du combat syndical dans les rangs de l’Ugta par la Centrale de Sidi Saïd, appelle les travailleurs à se mobiliser pour libérer l’organisation de la bureaucratie syndicale, d’une part, et à répondre favorablement, d’autre part, à une batterie d’actions dont une autre grève le 4 mai prochain suivie d’un rassemblement, le même jour, devant le siège de la Centrale Ugta pour exiger la concrétisation de la plate-forme de revendications et demander la tenue d’un congrès extraordinaire de la Fnte. Les choses bougent au sein de l’Ugta. Des voix s’élèvent désormais pour exprimer un malaise créé par les partisans du statu quo. «L’Ugta ne saurait rester en marge ou spectatrice de ces mouvements de révolte populaire sociaux qui secouent l’ensemble des secteurs d’activité et d’administration publiques», écrit l’Union de wilaya dans une déclaration rendue publique, la veille de la marche, jugeant qu’il «est grand temps pour que l’Ugta se libère de certains carcans et reprenne le flambeau de la contestation sociale pour rester le fer de lance des luttes des travailleurs». Une manière de désavouer la démarche actuelle de la centrale syndicale. Un désaveu appuyé hier par une marche de protestation qui, même si elle n’a pas rassemblé les travailleurs comme les fois précédentes, reste tout de même symbolique à plus d’un titre dans un environnement marqué par la montée en puissance des syndicats autonomes, dont des concurrents capables de mettre en péril l’existence même de l’organisation de Sidi Saïd. La base syndicale de Béjaïa semble prendre la mesure du risque et interpelle à sa manière la Centrale syndicale de Sidi Saïd à se secouer. Avant-hier, les travailleurs de Béjaïa ont marché pour la défense de toute plate-forme de revendications articulée pour l’essentiel sur «l’indexation des salaires et des retraites sur le coût de la vie, la maîtrise du prix du marché, l’intégration et la nomination des contractuels, l’abrogation de l’article 87 bis, l’uniformisation et l’harmonisation des régimes indemnitaires des secteurs de la Fonction publique, le maintien de l’actuel

Source L’Expression Arezki Slimani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires