Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:15

Algérie - Le ministre de la Jeunesse et des Sports:

 "L’Etat fera le maximum pour recruter un sélectionneur étranger d’envergure"

algerie CAN 2010

 

 

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, a assuré Mohamed Raouraoua, lors du tête-à-tête qu’il ont eu hier, que l’Etat est prêt à mettre le paquet pour recruter un sélectionneur étranger d’envergure.

La succession de Rabah Saâdane à la tête de l’Equipe nationale de football préoccupe même les hautes autorités du pays. Décidément, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, ne veut pas se précipiter dans son choix. Il ne veut, surtout pas, agir seul. Le président de la FAF tente, ainsi, d’impliquer les hauts responsables du sport en Algérie afin de faire un choix judicieux. Pour y parvenir, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar a reçu hier au siège de son département, le président de la FAF, M.Raouraoua. Selon une source très proche des deux hommes, le ministre Djiar et le président Raouraoua ont longuement discuté de l’avenir de la barre technique de l’Equipe nationale. Les deux parties sont revenues, selon la même source, sur les raisons du semi-échec concédé vendredi dernier face à la Tanzanie ainsi que la démission du cheikh Saâdane. Le même vis-à-vis dévoile que le ministre a bien confirmé au président de la FAF que l’Etat est prêt à mettre le paquet. Le ministre a rassuré le président de la FAF que l’Etat continuera à apporter son soutien à l’EN. Loin de cette rencontre, on a appris que la nomination de Abdelhak Benchikha pour assurer l’intérim n’a pas fait l’unanimité. Une autre source proche du dossier a confirmé à L’Expression que l’Etat algérien s’est dit prêt à mettre les moyens nécessaires pour recruter un entraîneur étranger de haut niveau. La même source nous a confié que la piste d’un sélectionneur étranger est, pour l’instant, l’option la plus envisagée. Dans les couloirs de la FAF ainsi que du ministère de la Jeunesse et des Sports, le nom du prochain sélectionneur aurait été déjà retenu. Notre source n’a pas voulu dévoiler l’identité de cet entraîneur, mais elle s’est contentée d’assurer qu’il s’agit d’un entraîneur de haut niveau, capable d’apporter un plus à l’Equipe nationale. Notre source persiste et signe que les Verts ne seront pas dirigés par un autre entraîneur national. En optant pour une piste étrangère, l’Etat ne fera qu’exaucer le rêve des Algériens qui souhaitent voir la sélection dirigée par un grand entraîneur. La rue algérienne n’a pas cessé de demander de mettre fin à la politique du bricolage et faire venir un sélectionneur d’envergure qui pourra donner un autre souffle à cette jeune équipe pour enchaîner avec les bons résultats. Les responsables algériens veulent à tout prix éviter à la sélection nationale un autre coatch de peu d’envergure, comme ce fut le cas en 1986, 1990 et même en 2004, où l’EN se trouvait en pleine traversée du désert. En ce qui concerne le nom de Abdelhak Benchikha que la presse nationale, sportive notamment, évoque avec insistance, la même source affirme que rien n’a été confirmé à présent, tout en n’écartant pas la possibilité de lui confier l’équipe juste pour le prochain match face à la République centrafricaine. Notons que la succession de Rabah Saâdane a occupé le devant de la scène médiatique nationale et même internationale, et ce, juste au lendemain du Mondial sud-africain. La légende du football national, Rabah Madjer, également, ancien sélectionneur national, a été donné favori pour prendre la tête de l’EN. Contre toute attente, Saâdane a décidé de poursuivre son aventure avec les Verts, après que le bureau fédéral de la FAF ait décidé de lui prolonger le contrat. Entre Madjer et Benchikha, l’Etat donne l’avantage, a priori, à la piste étrangère et surtout à un sélectionneur d’envergure.

Source L'Expression Tahar Fattani

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

nina 11/09/2010 13:59



sachez bien que cette grande équipe qui a besoin d un grand entrainneur  est CREER par SAADANE  .c fini le gain maintenant preparons nous pour une elimination PRECOCE



Le Pèlerin 12/09/2010 16:36



Bonjour Nina,


Tel est mon sentiment mais le doute étant le commencement de la sagesse il peut y avoir encore des miracles


Je reste persuadé que la solution reste en Algérie et dans la formation des joueurs et des équipes


Peut être le professionnalisme apportera-t-il un renouveau..


Cordialement,


Le Pèlerin