Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 07:36

Une annonce qui laisse sceptique

securite sociale algerie

«Le système du tiers payant sera généralisé en Algérie dans toutes ses dimensions en 2013.» C’est ce qu’a affirmé récemment, sur les ondes de la Radio Chaîne III, le directeur général de la sécurité sociale au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Une annonce qui laisse sceptique, tant les conditions de mise en chantier du tiers payant depuis des années sont très mauvaises.

Qu’est-ce que le tiers payant ? Au plan théorique, c'est le mécanisme par lequel un «tiers», c'est-à-dire la sécurité sociale (Cnas, Casnos, ou une mutuelle sociale), «paie» à la place de l’assuré social ses dépenses de santé. Ce système est très avantageux puisque l’assuré n'a pas à faire l'avance des frais, ou à ne prendre en charge qu’une partie des frais. Pratique et efficace, ce service donne la possibilité à l'assuré d'être dispensé de l'avance des frais sur les postes pharmacie, laboratoire, radiologie, hospitalisation, auxiliaires médicaux. En effet, l’assuré social n’a qu’à présenter la carte Chifa du tiers payant — pour peu qu’il en ait une et qu’elle soit activée —, au professionnel de santé afin qu’il soit remboursé directement par la mutuelle ou l'assureur santé. Nous en sommes encore très loin en Algérie. Revenons aux propos du directeur général de la sécurité sociale en ce qui concerne le tiers payant : il a expliqué qu’il s’agit d’un dispositif qui vise l’amélioration d’accès aux soins parce qu’il y a le système du tiers payant pour les consultations et les actes médicaux. Il vise également à mettre en place un partenariat avec les médecins. Il a indiqué, qu’à ce jour, il y a plus de 2 100 médecins qui sont conventionnés à l’échelle nationale. «Je crois que c’est une convention qui a des instruments universels. Ce qui nous étonne c’est que ces mécanismes, qui se portent sur l’intérêt général du malade, ont été mal compris par le Conseil de l’ordre des médecins», a-til indiqué, avant d’ajouter : «Toutefois, nous continuerons à apporter des précisions concernant ce dispositif.» Selon lui, ce dispositif avance bien, car il a expliqué qu’ils sont maintenant au niveau des 48 wilayas. La wilaya qui a le plus de recul est Annaba qui a commencé en 2009 où l’on a enregistré un taux d’adhésion de 76% de médecins généralistes et 30% de spécialistes. Le conventionnement avec le médecin traitant est entré en vigueur en octobre 2011 dans le cadre du tiers payant. Les médecins ont rejeté cette procédure sous prétexte qu’ils n’ont pas été consultés ni associés pour la fixation des tarifs. «On a pu apporter des réponses d’ordre technique au niveau de la presse nationale», a-t-il déclaré. Il a tenu à préciser que la convention a bien eu lieu en 2009 pour l’élaboration du projet de convention avant même qu’il soit proposé en projet de décret avec le président du Conseil de l’ordre des médecins. L’Ordre des médecins parle d’un avilissement des réductions des honoraires puisque la rémunération des consultations chez un médecin généraliste est fixée à 400 DA et 600 DA chez un spécialiste. Pour le directeur général de la sécurité sociale, il y a aussi d’autres mesures dans cette convention : «Notre objectif est d’assurer une meilleure accessibilité aux soins et une pérennité du financement du système de protection sociale ; c’est tout un équilibre à maintenir dans la durée.» Il faut rappeler que le principe de conventionnement «Cnas-médecins privés» a son encrage dans la loi 83/11 relative aux assurances sociales, complétée en 2011 par la loi 11/08 : elle prévoit les tarifs des consultations chez les médecins privés. Conventionnement qui encourage la prescription de médicaments génériques, afin de réduire la facture du remboursement des médicaments par la Cnas. En 2011, les dépenses de sécurité sociale ont atteint 186 milliards de dinars, essentiellement en remboursement de médicaments. «Le médicament a eu la part du lion, avec 110 milliards de dinars. Le système du tiers payant représente 88% dans le médicament, c’est normal parce que nous l’avons généralisé», a déclaré le directeur général de la sécurité sociale. Selon lui, dépenser beaucoup ne signifie pas avoir les meilleurs indicateurs de santé. «C’est pourquoi, il faut prendre des mesures de rationalisation des dépenses. Avoir de moindres coûts. On peut avoir une meilleure qualité et une meilleure efficacité des soins. Il y a évolution, certes, mais la dépense est maîtrisée. On est dans des proportions acceptables», a-t-il noté. Il a ajouté que le système du tiers payant sera étendu à l’hémodialyse, à l’appareillage médical, etc. «Bientôt, il y aura un nouveau système d’octroi de lunettes gratuites pour les enfants d’âge scolaire et préscolaire. Nous sommes donc en train d’étendre la couverture sociale et d’améliorer la qualité des prestations.» Il a annoncé la distribution de 7 millions de cartes de soins Chifa auprès de 23 millions d’Algériens (ces cartes sont familiales). «Plus de 60 millions de factures électroniques ont été traités par ce système», a-t-il dit. Concernant la généralisation du tiers payant, le directeur général de la sécurité sociale a indiqué, sans plus de précisions, que d’autres wilayas ont connu des progressions appréciables. Pour ce qui est du conventionnement «Cnas-laboratoires privés d’analyses médicales», il a déclaré qu’il y a eu une phase-test dans la wilaya de Annaba. Ce test a été évalué et cette convention a eu lieu avec les professionnels concernés. «Nous sommes dans la phase finale avant le lancement avec les laboratoires qui vont intégrer des instruments universels pour assurer la qualité des prestations», a-t-il expliqué. Il a aussi souligné qu’il y aura aussi un système tiers payant également qui sera instruit dans le dispositif du médecin traitant ; il y aura des analyses qui seront dispensées à l’assuré social. Pour un début, seuls les retraités pourront bénéficier de ce système. Alors, la généralisation du système tiers payant en 2013, est-ce possible ?

Source Le Soir d’Algérie L.S.R.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires