Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 07:34
Le brillant résultat obtenu par la liste de l'Algérie verte dans la capitale dénote la popularité d’Amar Ghoul.
Amar-Ghoul-copie-1.jpg
Tête de liste de l'Alliance Algérie verte dans la capitale, Amar Ghoul a créé la surprise lors des législatives du 10 mai dernier. Et ce n'est que le premier de ses succès puisqu'il a eu à mener en grande pompe d'importants chantiers et à réaliser des infrastructures et de grands ouvrages à travers tout le pays. A son talent de gestionnaire, s'ajoute donc depuis peu, le prestige de la notoriété. Ce sont là les quelques qualités qui le prédestinent à prendre, peut-être, les rênes du futur gouvernement. Des sources bien informées le donnent en bonne position pour succéder à Ouyahia au poste de Premier ministre.
Mais d'abord comment a-t-il pu gagner le coeur des Algérois pourtant peu enclins à se rendre aux urnes?
Le candidat Ghoul a sillonné les quartiers de la capitale comme nul autre. Il était parti à la rencontre des citoyens pendant des semaines. Il a même fait du porte-à-porte. Il a été accueilli avec bienveillance par les jeunes et les familles.
A Aïn Benian, à Bab El Oued et ailleurs, ses scores sont éloquents. La tâche n'était pas facile. On disait que la mission était impossible. Mais il a quand même tiré son épingle du jeu.
Et avec brio. D'autres hommes politiques auraient bien voulu accaparer une telle aura mais ils étaient hantés par l'échec et appréhendaient le spectre de l'abstention à Alger. Sa liste a remporté 13 des 37 sièges de la circonscription. Joli score pour un coup d'essai! Seuls quatre autres partis y ont décroché des sièges: le FLN (10), le PT (7), le FFS (4) et le RND (3). A elle seule, sa liste composée de trois partis, offre à l'alliance le tiers de ses députés.
Il se place de la sorte comme celui dont le discours a produit un large écho auprès de la population. N'est-ce pas l'idéal pour une personnalité pressentie pour une charge importante? Il peut même surfer sur cette vague de popularité pour prétendre à d'autres responsabilités. Il a le vent en poupe et cela a des chances de durer jusqu'en 2014. A cette date, il peut très bien soumettre sa candidature à la présidentielle.
Cette éventualité suscite même un courant favorable au sein du MSP. Car dans cette formation aussi, on aspire à apporter du sang neuf après la fin de règne de Bouguerra Soltani dont le mandat à la tête du parti expire dans un an et demi.
Sa crédibilité, il la tient aussi du fait qu'il s'impose en tant qu'islamiste modéré, brisant ainsi l'image d'un mouvement rétrograde qui lui colle à la peau. Le changement est aussi un credo qui est dans l'air du temps. Partis et Etat sont contraints de se soumettre à la règle de passation du témoin. Entre parti et Etat, Ghoul n'hésiterait pas à opter pour le second.
A la Slimane Amirat. Aux plus hautes sphères de l'Etat, Ghoul n'aura pas de mal à remplir les clauses du cahier des charges. L'obligation de résultat est l'une des contraintes à laquelle il se soumettra sans encombre.
Il a géré pendant des années l'un des plus gros budgets de la nation au sein du ministère des Travaux publics. Sa connaissance du sérail a commencé lorsqu'il était député puis chef du groupe parlementaire du MSP. Propulsé à plusieurs postes, il a eu à jauger la classe politique et les grands corps d'Etat.
Il a eu également à mener des négociations avec les étrangers qui ont eu à intervenir dans la réalisation de divers projets. Grâce à sa formation, la chose technique ne lui est pas, non plus, étrangère. Au vu de ce palmarès, sa réputation est loin d'être usurpée.
Celui qu'on surnomme désormais l'homme de la bataille d'Alger, aura les coudées franches pour former le prochain gouvernement de la République algérienne qui célèbre son Cinquantième anniversaire de l'Indépendance. C'est tout un symbole. Et c'est tout un tabou qui est brisé puisque nombreux seront ceux qui y verront une belle revanche sur l'islamisme hargneux et belliqueux. Celui-là même qui s'attaqua aux fondements de l'Etat républicain. Si Ghoul maintient son élan, il y a des chances que ses actions puissent continuer à révolutionner le paysage du pays. Il suffirait de circuler en voiture ou en bus pour se rendre compte que l'Algérie est sillonnée de nouvelles routes et autoroutes. Aéroport et ports ont eu droit aussi à un nouvel habillage. Ces secteurs sont générateurs d'emploi, ce qui redonnera espoir aux jeunes.
Avec tous ces atouts, si des sondages existaient en Algérie, Amar Ghoul serait sur la première marche du podium. Un petit clic sur sa page Facebook durant la dernière campagne électorale suffirait pour se convaincre de la vague de sympathie qu'il suscite.
Source L’Expression
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires