Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:06

Algérie - Grève des praticiens et spécialistes de la santé publique - Le ministère de la Santé passe à la sanction
medecins bastonnes
Médecins bastonnés

Emboîtant le pas à son collègue du département de l’Éducation, le ministre de la Santé a décidé de passer à l’action pour mettre fin à la “non-assistance à personne en danger” dont il a accusé les praticiens grévistes depuis trois mois. En effet, la menace lancée, il y a une semaine par M. Barkat depuis la Safex à l’adresse des médecins grévistes est en voie d’exécution. “Nous allons appliquer la loi car la grève est illégale”, avait averti M. Barkat à l’ouverture du salon international du médicament générique le 14 mars dernier. La décision est aujourd’hui prise et les premières sanctions vont tomber, annonce le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière à travers un communiqué. Insistant sur “l’obligation de garantir l’accès de la population aux soins”, le ministère de la Santé a informé l’ensemble des praticiens et spécialistes de la santé publique que “la réglementation en vigueur sera appliquée”. Il sera ainsi procédé à une série de mesures dictées par la loi dans le cadre d’une grève “jugée illégale” pour mettre les médecins et spécialistes grévistes au pied du mur. Plus précisément note le document officiel “pour que cesse la prise en otages des malades et de leurs parents”. Principale sanction annoncée par le ministère de la Santé, la retenue sur salaire pour l’ensemble des journées de grève. C’est-à-dire depuis le début du mouvement de débrayage qui remonte à quelque trois mois déjà. Aussi au lieu de recevoir leurs fiches de paie, les grévistes seront destinataires de mises en demeure individuelles pour abandon de poste. Dans le cas où les grévistes n’abdiquent pas, le ministère de la santé passera “aux mesures de révocation contre tout praticien qui n’aura pas rejoint son poste.” Le département de Saïd Barkat justifie le recours à ces moyens de pression par le fait que le mouvement de grève des praticiens n’a plus lieu d’être. Selon le communiqué du ministère de la Santé “des avancées ont été enregistrées dans le traitement des revendications socioprofessionnelles et des séances de concertation et de réconciliation” avaient eu lieu au siège de tutelle. Un discours aux antipodes de celui des praticiens de la santé publique qui ont estimé, il y a quelques jours seulement, qu’il n’y a aucune avancée et que les réunions avec la tutelle n’ont abouti à rien de concret notamment en ce qui concerne la revendication du statut particulier. Enfin, les pouvoirs publics semblent décidés à réserver le même traitement à toutes les tensions sociales : faire une longue sourde oreille avant d’actionner la machine judiciaire. C’est l’éternel scénario.
Source Liberté Malika Ben
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires