Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 05:29

La paralysie des hôpitaux s’inscrit dans la durée

Greve-illimitee-des-paramedicaux.jpg

 

Après le débrayage des corps communs de la santé publique, ce sont les paramédicaux qui poursuivent leur grève illimitée après plusieurs protestations qui n’ont pas abouti à la satisfaction de leurs doléances.

Enclenchée depuis lundi, la grève illimitée des paramédicaux plonge les établissements de santé publique dans une nouvelle paralysie. Cette fois, la corporation hausse le ton pour exiger des suites favorables à leurs requêtes. En mars dernier, les paramédicaux ont observé une grève de trois jours pour réclamer encore une fois la prise en charge de leurs revendications, mais la réponse de la tutelle a été identique à celle des précédentes actions. Le département de Ziari a fait savoir, dans ce sens, que les revendications des grévistes sont en cours d’étude et de finalisation. Une réponse qui a été donnée également à une action semblable durant le mois de décembre dernier. Effectivement, plusieurs plateformes de revendications ont été renvoyées de mois en mois, et d’année en année, prenant en otage la santé des Algériens. S’exprimant sur le suivi de ce mouvement, le secrétaire général du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), Lounes Ghachi, a déclaré que l’appel du Sap a eu un écho favorable et que «le taux de suivi a atteint 90% à travers les infrastructures de santé du territoire national». Le service minimum est par ailleurs assuré, explique la même source. Revenant sur l’attitude du ministère de la Santé, Lounes Ghachi remet en question le mode de traitement du dossier de la corporation : «Les protestataires s’attendent à un PV officiel et non à des communiqué»  a-t-il souligné. Il y a lieu de rappeler, en effet, que la tutelle avait répondu aux grévistes par la voix d’un communiqué. Le département de Ziari avait déclaré avoir pris en charge «toutes les demandes légitimes et fondées» du corps des paramédicaux et ce, «bien avant» le déclenchement de la grève. Et d’ajouter que «le projet d’arrêté interministériel a été finalisé et se trouve au niveau de la direction générale de la Fonction publique avant sa signature par l’ensemble des départements concernés». Cette réponse n’a rien changé à la donne, puisque le SAP l’a jugée insuffisante car vide de concret. Le  ministère a réaffirmé son attachement à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles de tous les personnels relevant du secteur de la Santé sans pour autant procéder à la prise en charge des préoccupations exprimées. Aujourd’hui, les paramédicaux ne décolèrent pas et exigent des réponses  concrètes pour mettre fin à cette grève illimitée. Pour ce qui des revendications, les contestataires réclament notamment  «l’application effective des acquis du statut particulier adopté en 2011, lequel n’est appliqué qu’à 30%», selon le SAP. Outre le respect des amendements apportés au statut concernant surtout le volet de  progression de carrières, il est demandé également  «l’application des bonifications des postes supérieurs, la revalorisation des gardes payantes, la réintégration des cadres syndicaux suspendus, un salaire digne et une meilleure considération».

Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires