Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 05:48

Les élections s’annoncent houleuses

Algerie la grogne

 

La hache de guerre est déterrée et les vieilles rancœurs se déchaînent à la veille des élections législatives. Les représentants et chefs de plusieurs partis politiques dont les relations étaient déjà tendues et glaciales depuis des mois, s’entredéchirent à quelques mois des législatives qui s’annoncent houleuses. Les propos conflictuels et les critiques des uns font réagir systématiquement les autres. La course pour les sièges de l’APN oblige, certains partis ont déclaré une guerre froide qui devient plus chaude au fur et à mesure que l’on s’approche du scrutin. L’on se rappelle de la polémique d’il y a un mois entre le patron du RND Ahmed Ouyahia qui s’est attiré les foudres du leader du MSP. Un échange de critiques et de répliques s’en est suivi à tel point que la polémique entre les deux hommes, qui a donné du grain à moudre à la scène politique et médiatique, a pris une autre tournure, celle d’un divorce consommé entre ces deux hommes qui, par le passé, étaient unis et réunis, aux côtés du FLN, autour de l’Alliance présidentielle qui s’est disloquée. Pour rappel, le retrait de Bouguerra Soltani, le 1er janvier dernier à l’issue de la tenue d’une session ordinaire du conseil consultatif du MSP, a signé le début d’une guéguerre entre le RND et le MSP. Le patron du RND n’est pas resté de marbre face aux critiques et accusations de Soltani qui s’attendait à une réaction de la part d’Ahmed Ouyahia. Ce dernier, sévèrement critiqué par Soltani, n’a pas baissé les bras. Par ailleurs, les propos tenus par le secrétaire général du RND à l’égard du Premier ministre turc sur le passé colonial de la France ont fait réagir le leader du MSP. Autre duel. La polémique qui enfle ces derniers jours entre la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, et le président du Front de la justice et du développement (FJD), Abdallah Djaballah, n’est pas des moindres. Hanoune accuse et Djaballah qui a pris un peu de recul dans sa réaction s’est défendu des propos infondés de la SG du PT. Rappelons que Louisa Hanoune a sévèrement critiqué l’ex-chef d’En-Nahda et El Islah d’être «à la solde des Occidentaux». Imperturbable, Djaballah a répliqué que c’est un débat «faux, inutile et infondé». Mieux, le fondateur du FJD, ne prêtant pas le flanc à Louisa Hanoune, est allé jusqu’à lui adresser une invitation pour assister à la tenue du congrès constitutif de son nouveau parti, prévu le 5 février prochain. «Nous n’exclurons personne, y compris Louisa Hanoune», a déclaré Abdallah Djaballah lors de son passage sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale. Il a fait part des interrogations de ses militants qui ont réagi aux critiques sévères formulées par Hanoune contre la mouvance islamiste en Algérie.

«Le fait de rencontrer des représentants de la diplomatie occidentale à Alger ne fait ni de moi ni de mon parti un instrument au service de l’Occident», a-t-il réagi, précisant que cette rencontre qui a eu lieu au siège du parti fait suite à la demande de ces diplomates. Il est à prévoir que dans les jours à venir les relations entre les représentants des partis en conflit se détérioreront davantage, surtout à la veille de la campagne électorale qui mettra le feu aux poudres.

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires