Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 04:25

Algérie - Guelma - Le calvaire des retraités du régime français

retraites-algeriens.jpg

 

La plupart sont des septuagénaires, voire des octogénaires, usés par une dure vie de labeur qui viennent percevoir leur pension libellée en devises étrangères.  

Dès le 20 de chaque mois, les abords de la succursale de la BADR sont investis par des centaines de retraités qui avaient  effectué leur carrière de l’autre côté de la Méditerranée durant des décennies. Ces anciens mineurs, manœuvres, maçons, éboueurs et journaliers qui avaient trimé des dizaines d’années durant, se retrouvent devant cette banque conventionnée par les caisses de retraite et les mutuelles françaises, car ils sont issus des 34 communes de la wilaya. La plupart sont des septuagénaires, voire des octogénaires, usés par une dure vie de labeur qui viennent percevoir leur pension libellée en devises. Ces vétérans, souvent malades chroniques, sont contraints d'effectuer un  pénible déplacement et de poireauter durant des heures, à la merci des intempéries, pour accéder à l'appel de leurs noms respectifs par un préposé, aux lieux de céans et se présenter à la caisse. Cette démarche s'avère contraignante pour ces personnes âgées qui la subissent stoïquement car ce pécule est toujours le bienvenu pour vivre dignement pendant cette conjoncture économique défavorable. D’aucuns auraient souhaité de meilleures conditions d’accueil, eu égard à leur âge avancé et à leur état de santé et ils regrettent l'absence de salle d’attente. Approchés, ils confient toutefois qu'ils sont heureux d'encaisser chaque mois quelques centaines d'euros qu'ils s'empressent de revendre aux cambistes de la rue d'Announa à un taux appréciable. Certains perçoivent en moyenne sept à huit cents euros par mois et d'autres davantage, ce qui leur permet de disposer d'une somme rondelette d'environ dix millions de centimes de notre monnaie locale. Ces retraités sont souvent sollicités par des importateurs, des hommes d'affaires, des citoyens qui désirent effectuer un pèlerinage à La Mecque, une omra, un voyage et des vacances à l'étranger, des soins outre-Méditerranée… Les retraités du régime français rendent d'indéniables services à la société et ils réclament un minimum de dignité lors de la perception de leur pension mensuelle. Cependant, il est utile de souligner que les responsables de la BADR déploient tous leurs moyens humains et équipements pour répondre au mieux aux légitimes attentes de cette catégorie de clients.

Source Le Soir d’Algérie Hamid Baali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires